éther (d'espace)

QUELQUES INCOMPREHENSIONS DANS la PHYSIQUE du XXI° SIECLE

Le milieu qui nous immerge et dans lequel apparaissent tous les phénomènes qui nous sont perceptibles (ou non) est dénommé le VIDE

Pour exprimer (et calculer) les phénomènes survenant dans ce vide, on a défini un référentiel mathématique qu'on nomme espace-temps.

Mais ce vide est paradoxal -dans la Physique actuelle- car d'une part on le considère comme le NEANT - c'est à dire non capable de représenter ou d'inclure quoi que ce soit, mais par ailleurs il est capable de transmettre et de posséder certaines fonctions.

C'est philosophiquement incompréhensible car comment RIEN peut-il agir alors que l'acte est réservé à (créé par) QUELQUE CHOSE??

Une analyse primaire montre les énormes carences de cet état des lieux, qui laisse inexplicables bien des points, tant pour la mécanique standard, que pour les mécaniques relativiste ou quantique

1))-il est parfaitement impensable qu'une onde puisse se propager dans RIEN (car une onde n'est pas une entité matérielle en elle-même, elle n'est que l'image d'un phénomène qui se déroule quelque part dans un milieu concret) Alors comment cette onde (ou électromagnétique ou de densité, par exemple) peut-elle faire onduler et transmettre de l'énergie qui n'existe pas dans le néant ? Où sont les vagues? Comment faire agir quelque chose dans rien? Une onde acoustique ne se propage pas dans le vide, alors pourquoi un autre type de transport énergétique (onde) pourrait-il le faire?

2))-on utilise dans toutes les formules importantes de la Physique 4 facteurs du milieu (constante de gravitation, facteur de Yukawa, perméabilité et inductivité) et il est patent que ce sont des caractéristiques du milieu dit "vide". Mais comment prétendre que ces facteurs qualitatifs définissent les qualités de "rien" ?

3))-on évoque partout l'énergie noire (réputée inconnue), mais s'il existe une énergie inconnue à nos mesures , comment admettre qu'elle soit incluse ou cachée dans "rien"

4))-l'inertie (principe, donc non démontrable) est prétendue dans tous les livres être une "force virtuelle -ou fictive-" qui rôde dans l'espace et qui permet de justifier l'équation d'équilibre des forces appliquées à un mobile en mouvement

En effet, la force ayant causé le déplacement au départ d'un mobile et qui va perdurer au cours du voyage du mobile (donc ultérieurement) ne peut ni être enfermée dans la mémoire du corps après ledit départ (car un corps n'a pas de coffre à mémoire), ni être transmise au corps par un support extérieur, puisque c'est le vide et que le vide n'a pas mission de faire quoi que ce soit, puisqu'il n'est rien . Pour essayer d'expliquer ce paradoxe, on nous propose une force d'inertie compensatoire, qui est censée s'opposer à la force du départ (pour conservation de l'équilibre des forces). Mais où est accroché le vecteur de cette force ? et qu'est-ce qui en démontre la présence ?)

5))-la dualité onde-corpuscule ne nous permet pas actuellement de comprendre ni le comportement optique d'un photon, ni la divergence entre les valeurs de son énergie, selon qu'on l'approche soit par (E = h.nu), soit par E = m.c²)

 

L'ÉTHER

L'éther est un composant d'une théorie proposant la présence d'une structure du vide, permettant, grâce à des caractéristiques opportunes (texture, fonctions) d'expliquer quelques-unes des incompréhensions ci-dessus

La théorie de l'éther a été démolie par les expériences de Michelson et autres, qui ont prétendu démontrer l'inexistence de cet éther, par des méthodes interférométriques (tout au moins à proximité immédiate du globe terrestre)

Il est cependant patent que ces expériences d'interférométrie de Michelson ont négligé de prendre en compte les ondes de matière (concernant l'interféromètre lui-même) alors qu'elles ont cependant un rôle similaire à celui des ondes de la lumière étudiée. On ne peut pas mesurer des différences de phases de photons si elles sont perturbées et partiellement compensées par d'autres déphasages de baryons (les particules massiques des appareils)

En outre, il faut bien souligner que les expériences de Michelson n'ont été effectuées que sur Terre, mais ailleurs, quelles mesures cela donnerait-il ??

Il peut donc apparaître utile de réhabiliter l'éther, ce qui permettra :

-de justifier le déplacement des ondes électromagnétiques dans un milieu concret

-de justifier les facteurs de milieu, qui au moins, exprimeront les qualités de quelque chose de concret

-de justifier la matière dite noire, qui n'est que de l'énergie non apparue sous forme de matière baryonique, mais cependant présente dans la structure d'éther nommée charge mésonique (ce que l'on sait depuis Yukawa, il y a un siècle)

-de comprendre pouquoi apparaissent des particules fantomatiques (apparaissant et disparaissant instantanément dans le cortège des vraies particules), car elles seraient des variations éthériques

-d'expliquer la dualité corpuscule-onde >> si le photon était non pas une corpuscule, mais une déformation ondulatoire d'une structure infinitésimale (quantique) d'éther, il pourrait -dans certaines dispositions d'interférences créées par le champ électromagnétique- donner alors naissance à une structure corpusculaire.Et la déchéance -sous certaines conditions variables- de son état corpusculaire vers un état ondulatoire expliquerait les fentes d'Young et l'intrication, puisque ce serait la modification de l'éther qui permettrait cette transformation insolite

-de justifier les ondes de densité (en cosmologie) car de telles ondes électromagnétiques, se propageraient dans quelque chose

-de justifier la dénomination de "grand attracteur" (terme qui est à ce jour plus fantomatique que rationnel et qui est censé représenter l'INERTIE) qui serait alors la poussée de l'éther.