COULEUR

-couleur

 

Attention : ici le mot "couleur" et les qualificatifs qui l'accompagnent (bleu, vert, rouge) n'ont rien à voir avec les coloris habituels de l'optique.

 

C'est un regrettable brouillage homonymique.

 

La couleur est une notion utilisée seulement pour les particules et dans des zones subatomiques.

 

C'est en fait une quantité de mouvement (grandeur induite) issue de la charge d'induction (dièdre fréquentiel)

 

La couleur est créée dès lors qu'il y a disruption du facteur gravitant (le facteur de Yukawa) ≈ 9,32.10-27 m-sr/kg)

 

La couleur tient (envers la gravitation) le même rôle que la saveur (envers le magnétisme)

 

Equation aux dimensions structurelles: L.M.T-1   Symbole : Q’c    Unité S.I.+ : m-kg/s

 

 

 

La force initiée par l’interaction entre deux couleurs est dite ‘’force forte" (ou d’interaction forte) ou de chromodynamique quantique  (QCD en anglais)

 

La loi de Newton s’applique >>> F= [Q’1. Q’2].Y.(1 + αF] / Ω.l1²

 

F(N)= force d'interaction, qui est portée par un boson-véhicule dit gluon

 

Q’1 et 2 sont les 2 couleurs qui interagissent

 

Y est le facteur de Yukawa(facteur de milieu valant 9,32.10-27m-sr/kg)

 

αF = [e-l1/ l2 ] est la constante de couplage  (α# 1,19.10-1) de l’interaction forte, qui surévalue l'interaction

 

entre les divers composants élémentaires, ultimes constituants des particules. C’est 16 fois plus que le couplage électrique

 

l1(m)= distance entre les entités-charges induites

 

l2 (m)= distance maximale d’interaction entre les constituants ultimes

 

Ω(sr) est l'angle solide à l’intérieur duquel s’effectue l’interaction (en général  4 pi sr)

 

Rappelons que la constante de couplage virielisée fait apparaître le coefficient [e-l1/ l2 ] indiquant que le couplage augmente quand laugmente

 

Au-delà de 10-15 mètre, les quarks deviennent (asymptotiquement) libres

 

La couleur (comme ses consœurs la charge électrique et la saveur) ne possède pas de structure propre: elle se fixe dès sa naissance, sur une particule élémentaire massique

Mais elle apporte un complément massique à la masse qui l'héberge 

La couleur comporte trois aspects (selon les 3 axes orthogonaux) que l’on nomme red (symbolisé r), green(symbolisé g), blue(symbolisé b), ainsi que trois autres versions (selon les mêmes axes, mais opposés vectoriellement), nommées antired (symbolisé r) antigreen (symbolisé g), antiblue (symbolisé b) et il existe une version composite (centrée) nommée blanc (w), qui est (r + g + b)

 

Les quarks abritent une couleur (r ou g ou b)

 

Les leptons abritent une version blanche de couleur w

 

Les baryons et mésons abritent les 8 variantes composites suivantes:

 

(rg+ gr )----(rb+ br )----(gb+ bg )----(gr - rg )----(br - rb)----gb-bg )----(rr - bb )----(rr-bb -2gg )

 

 

 

-relation entre couleur et saveur

K = Q’.γ>> la saveur K est le produit de la couleur Q’ par le rapport gyromagnétique g

étique γ

   Copyright Formules-physique ©