TEMPS

-temps

Il n'y a pas de définition formelle du temps (sauf peut être une définition anecdotique, comme celle de Philippe Sollers : "le temps est un grand voyageur irrégulier"

ou bien ''le temps est une pluie d'événements sans fin'')

Je propose pour ma part cette définition simpliste >>Le temps est une caractéristique du milieu universel, reliant des éléments matériels qui changent de structure ou de position

Le temps est considéré en général, comme s'écoulant continuement et invariablement.

On ne sait ni dire ni démontrer qu'il puisse avoir une origine ou une fin.

Il est considéré comme orienté (flèche du temps) et irréversible en macrophysique (principe de causalité)

Il est toutefois variable en Relativité, quand on s'approche de la vitesse de la lumière.

Et en microphysique, il n'est pas invariant pour certaines particules (en parité CPT) et il disparaît en outre dans les notions d'intrication

Des théories modernes iconoclastes proposent diverses idées pour essayer de le cerner ou de l’ignorer >>>

-quantifier le temps, en invoquant des grains d'espace-temps

-éliminer le temps, sous prétexte de simplification

-faire naître le temps de la chaleur (Physique statistique)

-considérer le temps comme une frontière entre deux systèmes

-noyer le temps dans des théories complexes, comme celles des cordes, des boucles, des hyperespaces, des champs quantiques ou autres extravagances mathématiques.

Je prétends pour ma part que le temps est une grandeur ondulatoire, c'est à dire qu'il vibre autour d'une perception moyenne (celle que l'on dit savoir mesurer)

L'amplitude de sa vibration est fonction (inversement proportionnelle) à la masse qui est transportée dans un quelconque mouvement de la matière (un mouvement implique l’intervention du temps)

Plus la masse impliquée dans ce mouvement est grosse, moins le temps vibre fortement et par contre, si la masse concernée est très faible, le temps vibre intensément.

Ceci entraîne aussi que la fréquence de vibration du milieu (le “vide”) soit de l’ordre de0,5.1024 Hertz pour que l’énergie de création d’une particule, calculée par la mécanique ondulatoire (à savoir E = h.ν = 6,6.10-34 x 0,5.1024 = 3.10-10 J.)soit compatible avec celle de la relativité (E = m.c² = 3.10-27 x 9.1016= 3.10-10 J.)

Cette valeur de 0,5.1024 s. est également déterminée par l'équation d'incertitude de Heisenberg,  ΔE.Δt # h (quantum) d’où il ressort que c’est pendant une durée # 0,5.10-24 s. que la fluctuation du vide permet l’apparition des particules virtuelles

 

La vibration du temps autour d'une valeur moyenne, permet aussi d'expliquer l'intrication des particules, les prémonitions de la pensée et d’autres étrangetés impliquant le temps.

 

Equation aux dimensions du temps (grandeur fondamentale) : T       

Symbole : t (parfois τ pour la vie des particules) 

L'unité de temps (S.I.+) est désormais bien définie : c'est la seconde (s)

qui est la durée de 9.192.631.771 périodes de vibration d’une radiation quand se fait la transition entre les 2 niveaux hyperfins (F4.M0 et F3.M0) de l’état fondamental de l’atome de césium 133 (non perturbé par des champs extérieurs)

Relations entre diverses unités :

1 éon (ou gigaannée) vaut 3,155.1016 s

1 milliard d’années (ou Gyr) vaut 3,155.1016 s

1 année civile moyenne vaut 3,155.107 s

1 année (sidérale ) vaut 3,15581498.107 s

1 année (tropique) vaut 3,15569252.107 s

1 mois vaut 2,592.106 s

1 semaine vaut 6,048.105 s

1 jour (j) vaut 8,640.104 s

1 heure (h) vaut 3,600.103 s

1 minute (min) vaut 60 s

1 dix millième d’heure vaut 3,600.10-1 s

1 unité de temps nucléaire vaut 3,000.10-24 s

En outre >>> 1 jour (moyen, sidéral, en 2001) vaut 23h.56mn.04s.09053

Le jour s'allonge d'environ 3 millisecondes par siècle

 

TERMINOLOGIE CONCERNANT le TEMPS

-Durée = intervalle de temps

-Période = durée d'un mouvement oscillatoire, ou durée de révolution d’un corps ou durée de vie d’un élément radioactif ou durée d'un phénomène répétitif

-Période temporelle = terme ridiculement redondant, car une période, c’est déjà un temps !

-Stabilité = temps concernant la vie d’une particule

-Périodicité temporelle = fréquence

-Synchronisme = exprime que 2 rotations (ou oscillations) ont des périodes identiques

-Isochronisme (ou tautochronisme) = exprime que 2 phénomènes se reproduisent en même temps (simultanéité)

 

CALENDRIERS

Pour toutes les Sociétés humaines, le temps pratique de la vie est basé sur

-un point de départ de décompte du temps (une "ère" politique ou religieuse)

-la durée de la rotation de la Terre (un jour, soit # 86.400 secondes)

-la durée d'une lunaison (1 mois, soit = 29 jours + 12 heures + 44 minutes + 3 secondes)

-la durée de notre rotation autour du soleil (1 an moyen = 365 jours + 45 heures + 48 minutes + 45 secondes)

 

La création d'un calendrier procède d'un équilibre (difficile à trouver) pour inclure un certain nombre de lunaisons dans une année, d'où des calendriers

-de 12 mois inégaux + 1 jour de plus quand on le décide (sumériens, monde moderne)

-de 12 mois de 30 jours, + 5 jours groupés en fin d'année (égyptien ancien , républicain......)

-de 12 ou 13 mois inégaux répartis sur 19 ans (chinois)

- de 13 mois (années embolistiques) dans l'ancien Moyen-orient (13 fois 28 = 364)

-de 20 périodes de 13 jours (maya)

 

PÉRIODE    

Une période est toujours   tp (en secondes) = θ / ω

où θ(rad) = angle de rotation et ω(rad/s) = vitesse angulaire

La période est un intervalle de temps, qui peut servir d'unité de temps >> par exemple, pour un courant électrique, si l’unité de fréquence est de (1/60 seconde), cela signifie qu’il se répète 60 fois identiquement, pendant une seconde, donc c'est un courant de 60 périodes

La période d’un phénomène répétitif (oscillation ou révolution par exemple) est la durée entre 2 passages au même point et cela à l’intérieur d’un groupe d’oscillations ou de révolutions.

La période gyromagnétique est la même chose, mais pour une particule

La période d’une dégradation particulaire est le temps de disparition de la moitié des particules en cause

La pseudo-période est le terme utilisé dans le cas de l’amortissement d’un phénomène oscillatoire.Elle est variable et est  > la période du déroulement normal du phénomène

-exemple de période : inter-démarrages

pour un moteur électrique de surpresseur (servant à l'alimentation d'eau d'un immeuble) l'intervalle entre 2 démarrages est : t = V / 15 Q

où t(s)= intervalle (période) entre 2 démarrages du moteur

Q(m3/s)= débit volumique

V(m3)= capacité utile du réservoir d'eau

 

TEMPS de TRANSMISSION

La lumière, circulant dans un milieu usuel, se propage plus lentement que dans le vide et met davantage de temps que dans le vide, pour parcourir une distance donnée, car il y a des pertes d'énergie

-principe de Fermat : un rayon lumineux suit le chemin optique (l0) le plus court et comme  l0 = t.c    c’est le chemin prenant le moins de temps (t)

- c étant la vitesse de la lumière dans le vide- 

par ailleurs l0 = l.n*    

l(m) étant le chemin géométrique parcouru par la lumière

n* est l’indice de réfraction (n* = c / v  où c est la constante d’Einstein (2,99792458 .10m/s) et v = vitesse de la lumière dans le mileu d’indice n*

 

-temps relativiste

ΔtB = ΔtA / F’n

ΔtA(s)= variation (écoulement) de temps, pour un observateur sis en un point O d’un référentiel A

ΔtB (s)= variation de temps, pour l’observateur toujours en O, mais sis dans un référentiel B lui-même se déplaçant à la vitesse v par rapport à A

En outre : t= (tA- v.lA / c²) / (1- v² / c²)1/2 avec les symboles de notations idem ci-dessus

 

Naissance du temps

Dans les théories actuelles, avec Big bang comme origine du monde, le temps est né il y a 13,8 milliards d'années soit 4,5.1017 secondes

   Copyright Formules-physique ©