ÉLECTROMAGNéTISME = éLECTRICTé + MAGNéTISME

-électromagnétisme (généralités)

L'électromagnétisme est l'étude des causes et conséquences de la présence d'éléments électriques dans les phénomènes

L'électromagnétisme se manifeste par une onde dont la vibration transversale est l'électricité --des charges électriques portées par des charges massiques (baryoniques)

Et lmagnétisme est la vibration longitudinale de l'onde, le mouvement desdites charges (magnétisme = électricité x vitesse de la lumière)

POUR ÉTUDIER l'ELECTROMAGNÉTISME 51 NOTIONS SUFFISENT

On en trouve cependant 3 fois plus : pourquoi ?

Voyons les notions nécessaires :

-- 5 grandeurs inductrices des phénomènes électriques (d'une part)

et autres représentant le magnétisme (d'autre part): comprenant dans les 2 cas >>> 1 Entité-charge inductrice et ses 4 aspects linéique, surfacique, volumique et de moment

-- 10 grandeurs issues des 10 ci-dessus mais ayant connotation "spatiale", c’est à dire les mêmes, considérées dans un angle solide, puisqu'on est dans l'espace à 3 dimensions géométriques

Ces grandeurss sont nommées FLUX, potentiel, champ, volumique spatiale et moment spatial)

-- les 20 mêmes notions que ci-dessus, mais induites (ayant été créées par les précédentes, suite aux inductions qu'elles génèrent)

-- les 2 facteurs de milieu : 1 pour les caractères électriques (c'est l'inductivité), l’autre pour les caractères magnétiques du milieu ambiant (c'est la perméabilité) 

-- les 9 grandeurs qui expriment les caractéristiques du milieu, à travers les deux facteurs de milieu précités et qui se nomment >> Inductances(normale et intrinsèque)--Impédance ou résistance—Impédance de milieu—Elastances normale et spécifique--Résistivités(normale, spécifique et temporelle)--

 

Toutes les autres notions que l'on peut rencontrer en électromagnétisme sont superflues, car :

-ou bien ce sont des synonymes -ou des cas spécifiques- (une centaine)

-ou bien ce sont les inverses des grandeurs citées ci-dessus (inverses dont malheureusement l’usage est cependant bien établi !)

L'utilisation de ces grandeurs inverses provient d’un dualisme entre les disciplines de Magnétisme et d'Electricité, où l’on a historiquement proposé des facteurs de milieu non compatibles.

En effet, on a pris respectivement la Perméabilité et la Permittivité, comme facteurs de milieu respectivement magnétique et électrique, ce qui entraîne que la loi de Newton-Coulomb ne s’écrit plus de la même façon, dans l’une ou l’autre des 2 disciplines (le facteur de milieu passant soit au numérateur, soit au dénominateur de ladite loi qui, elle, n’est pas ubiquiste)

Le facteur de milieu logique pour l'électricité (pour que la loi de Newton-Coulomb ait la même formulation partout) est l'inductivité (et pas la permittivité).

Alors quand on prend la permittivité comme facteur de milieu électrique (ce qui a été l'usage aux XIX° et XX° siècles), on s'est cru obligé d'inventer des notions inverses, pour que les formules se ressemblent (hormis celle de Newton qui provoquait ce basculement!)

Et il en découla toute une série d’études inutiles, pour redire les mêmes choses et réécrire les mêmes formules avec des grandeurs inverses !

On rencontre ainsi une collection de grandeurs inutiles -car superfétatoires en qualité d’inverses- et ce sont:

la perméance (inverse de l'inductance), la capacité électrique (pourtant bien implantée ! mais qui n’est que l’inverse de la très logique élastance), la conductance (au lieu de l'inverse logique nommée résistance), la conductivité (inverse de résistivité),  la permittance (inverse de l’élastance spécifique)

 

La complexité des notions et jargons inutiles est donc hélas ici de mise, comme dans beaucoup d’autres départements de la Physique

 

COMMENT ETUDIER l'ELECTROMAGNÉTISME

Il faut bien distinguer trois grands chapitres :

-le rôle du milieu où interviennent les facteurs de milieu, qui caractérisent l'espace (les 2 facteurs de milieu ont grande influence sur les mouvements et échanges d'énergies électromagnétiques) ainsi que les notions qui en découlent (résistance, élastance,   inductance...) 

-les notions inductrices, puis les notions induites (dits aussi phénomènes d’excitation)

Un phénomène inducteur (d’induction) dépend d'une entité d’induction (électrique ou magnétique) et il va agir à distance (par la bonne disposition du facteur de milieu) pour créer des notions induites, mesurables par les forces des interactions qu’elles génèrent.

Donc l'induction est la CAUSE et l'induit (ou excitation) sera la CONSEQUENCE

Pour des raisons pragmatiques, la mesure des forces générées par les interactions est plus facile si l'on fait appel aux notions de :

-FLUX qui est une charge (d'induction ou induite), prise dans un angle solide)

-potentiel (qui est un FLUX linéique -d'induction ou d'excitation-)

-champ (qui est un FLUX surfacique -d'induction ou d'excitation-)

-moment (qui est le produit d'une charge d'induction ou d'excitation par la distance depuis laquelle on la perçoit)

   Copyright Formules-physique ©