CONSTANTE SOLAIRE

-constante solaire

La constante solaire (symbole p*s) est un cas particulier de puissance surfacique (ou éclairement) >>> c'est l'éclairement reçu depuis le soleil à une distance de 1 unité astronomique (u.a), distance forfaitairement supposée être celle entre Terre et Soleil et égale à 1,49559787.1011 mètres (mais dans les calculs abrégés, on peut arrondir la distance Terre-soleil à 150 millions de kms)

La puissance émise par le soleil vers la Terre est p*s = 1,9.1026 W, mais il faut ensuite tenir compte de certains abattements dus aux aléas du voyage des rayons >>>

-environ 10-5 dû au pourcentage de l'angle solide de (liaison-vision) entre les 2 astres (qui est # 6,7.10-5 sr et 6,7.10-5 / 2 pi ~ 10-5)

-environ 10-2 compte tenu que le soleil n'est pas un corps noir parfait

-environ 7,6.10-2 pour les déperditions dues aux (poussières, effets de bords, molécules de très haute atmosphère, etc)

Tout ceci constitue un abattement global de 7,6.10-9 quand les rayons atteignent une altitude de 50 kms au-dessus du sol

Et c'est sur cette sphère théorique (à 50 kms au-dessus du sol terrestre), que l'on définit la constante solaire, qui est la valeur de la puissance surfacique restante depuis l'émission par le soleil. Il reste ainsi 1,9.1026 W x 7,6.10-9 = 1,44.1018 Watts, répartis sur la surface de ladite stratosphère (soit 5,3.1014 m²) d'où une puissance surfacique (p*s) = 2722 W/m²

Ces 2722 W/m² sont distribués pendant le jour (éclairement), dans cette zone stratosphérique dégagée de pertes énergétiques dues aux molécules atmosphériques (rappelons qu'on est à # 50 km d'altitude au-dessus du sol)

Comme il faut tenir compte de la nuit, pour calculer ce qui reste utilisable, il reste la moitié disponible pour la Terre, soit 1361 W/m² et on nomme cette valeur constante solaire

Cette valeur théorique (1361) varie un peu en pratique, car la Terre décrit une ellipse (ce qui fait varier p*s de +/- 3 ,5 %)

Nota : au niveau du sol terrestre, cette valeur chute fortement (8 fois moindre) à cause des nuages, des molécules d'air, des réflexions et diffusions... et il n'en reste que 168 Watts/m² en moyenne

   Copyright Formules-physique ©