ROTATIONS COSMIQUES

-rotations cosmiques

ROTATION ASTRALE

Un astre a une rotation propre (sur lui-même) et en outre une rotation d'accompagnement (générant ou subissant) une rotation envers un autre astre

Chaque tour autour d'un objet matériel est nommé révolution.

 

ROTATIONS DE LA TERRE

La terre tourne sur elle-même à 464 m/s (à l'équateur) , soit # 4 millièmes de degré par s.

Sa révolution autour du soleil se fait avec vitesse angulaire de 27.792 m/s , soit # 10-8 degré / s.

Et l'orbite circumsolaire de la Terre a 9,3.1011 m de longueur (et 1,5.10m de rayon moyen)

 

ROTATIONS DU SOLEIL

Il tourne sur lui-même à 1.700 m/s (à son équateur) soit # 10-6 degré par seconde

Il fait une révolution autour du centre de notre galaxie à 22.000 m/s

 

ORBITES PLANÉTAIRES

-loi de Bode : règle empirique donnant une suite géométrique sous laquelle se suivent les rayons d’orbites des planètes du système solaire

lr = lT.(1,85)n

où lr est le rayon de l’orbite de la planète

lT est le rayon de l’orbite de la Terre  

est un nombre entier, indiquant le rang de la planète par rapport à la Terre :

Mercure (= -2)--Vénus (= -1)--Terre (= 0)--Mars (= 1)--Astéroïdes (= 2)--Jupiter (= 3)...etc

-loi des orbites (troisième loi de Kepler)

Le carré du temps de révolution de chaque planète est proportionnel au cube des demi-grands axes de son ellipse-orbite, ce qui se traduit en formule par

 t2/ l3 (qui vaut aussi 1/G’, G' étant le FLUX d’induction gravitationnel diffusé par le soleil

La loi de Newton appliquée au couple soleil-planète est F = (ms.mp).G / Ω.l²

Par ailleurs F = mp. γ = mp.l / t²   >>>   d'où t² / l3= Ω / m s.G = 1 / G'

avec F(N)= force d’attraction gravitationnelle entre soleil et planète

l(m)= distance moyenne de la planète au soleil

ms et mp(kg)= masses du soleil et de la planète

G’(m3/s²)= FLUX d'induction gravitationnel

γ(m/s²)= accélération (qui est le champ gravitationnel inducteur)

G(m3-sr/kg-s²)= constante de gravitation (8,385.10-10 m3-sr/kg-s² )

Ω(sr)= angle solide dans lequel s’exerce l’attraction (en général l’espace entier,soit 4∏ sr pour un système d’unités qui, comme S.I.+, a comme unité d’angle le stéradian)

t(s) = temps (dit "période") de révolution

En unités S.I.+, la 3° loi de Kepler pour la Terre  s’écrit

l3 / t2 = (1,989.1028).(6,673.10-11) / 4∏ soit # 1017(m3/s2)

Avec d'autres unités : si l est mesurée en unité astronomique (qui est la "distance terre-soleil") et t (le temps d'une révolution) mesuré en années terrestres, la loi devient  simplifiée >>>  l3 / t2 = 1

Nota : la loi des orbites ne dépend pas de la masse de l'astre

 

ORBITES de COMETES

 valeurs >> de1014 à 15 m

 

ORBITES des FUSEES

-fusée  sur orbite terrestre

La vitesse pour mise en orbite terrestre (ou 1° vitesse cosmique) est issue de la loli de Newton :  vc1 = [G.m / Ω.(lr + ls)]1/2

 

avec (G / Ω) = 6,673.10-11 m3-sr/kg-s² la masse m = 5,974.1024 kg ,

l'angle solide Ω = 4∏ sr, le rayon terrestre lr = 6,37.106 m   et

l'altitude ls = 3.105 m (environ)

d'où la valeur de vc1 = 7910 m/s

-orbite basse d'un satellite terrestre # 1000 km (106 m)

 

 

ROTATIONS des GALAXIES

Les vitesses angulaires de rotation des galaxies (et des grosses étoiles) sont trop rapides pour être compatibles avec la masse des corps proches qui les conditionnent : c’est un paradoxe qui incite à faire intervenir dans les calculs afférents, des notions de corps invisibles, qui ne sont pas encore induits sous forme baryonique (Masse) et qui se nomment charges mésoniques

La tendance est de les dénommer "matière noire". Le terme est cependant abusif car les interactions en cause sont bien noires (parce qu'elles s'effectuent sans émission de photons), mais elles ne sont pas "matière" parce qu'elles concernent des entités-charges (charges mésoniques) qui n'ont pas encore induit de la matière (c’est de la matière potentielle)

Les interactions des charges mésoniques ne sont pas génératrices de rayonnements, donc sont invisibles à nos mesures, mais elles expliquent la déficience énergétique manquant dans les rotations galactiques, car leur “matière noire” bouscule (dans l’espace), la place occupée par la matière ordinaire. Ces charges mésoniques suivent vraisemblablement la loi de Newton classique  = φ'.Y*1.Y*2/ G 

 où F(N)= force d’interaction entre 2 charges mésoniques Y*1et Y*2(m3-sr/s²)

φ’(m-2-sr-1)= fluence

G la constante de gravitation [8,385.10-10 m-sr/kg-s²]

   Copyright Formules-physique ©