T2.QUESTIONS ÉNERGÉTIQUES en THERMODYNAMIQUE

Le coefficient de transfert de chaleur traduit la dépendance du transfert de chaleur dans un corps (ou d'un corps à un autre), en fonction de la température.

C’est en fait une résistance thermique surfacique

Synonymes: coefficient de transmission de chaleur--coefficient de transmission surfacique

Equation de dimensions structurelles : M.T -3.? -1 Symbole de désignation : ?

Unité S.I.+ : le (W/m²-K)

Relations avec autres unités : 1 kilocalorie par seconde-mètre²-degré vaut 4,185.103 W/m²-K

1 calorie par seconde-mètre carré-degré vaut 4,185 W/m²-K

1 kilocalorie par heure-mètre carré-degré vaut 1,162 W/m²-K

1 calorie par heure-m²-dg vaut 1,162.10-3 W/m²-K

1 erg par seconde-centimètre carré degré vaut 10-3 W/m²-K

 

LE COEFFICIENT de TRANSFERT

? = ?P / S.?T

?(W/m²-K)= coefficient de transfert

S(m²)= aire de la surface de réception

ΔT(K)= différence de température entre matériau et milieu

ΔP(W)= variation de puissance calorifique

Relation entre coefficient de transfert et résistance ou résistivité

? = f* / V     et    ?’ = Q* / S

où f*(W-m/K)= résistivité thermique

V(m3)= volume

Q*(W/K)= résistance thermique

S(m²)= surface de contact

Relation entre coefficient de transfert et chaleur

?’ = ?E q / S.t.?T

ΔE q(J)= chaleur échangée pendant le temps t(s)

Autres symboles idem ci-dessus

Relation entre coefficient de transfert et conductibilité

? = c*.l / S

c*(W/m-K)= conductibilité

l(m)= distance

S(m²)= section ou aire

Quelques valeurs de ?:

ces valeurs dépendent de l’épaisseur lé du matériau (elles diminuent de 20% dès que l’épaisseur double)

Elles sont données ci-dessous en W/m²-K ,et pour des cas d’épaisseur courante (lé)

Solides >>> verre(6 pour lé = 1 cm)--cloisons en bois(5 pour lé = 1 cm et 2 pour lé = 10 cm)--brique(2 pour lé =10 cm,puis 1,6 pour lé = 20 cm,puis

1,2 pour lé = 40 cm)-- béton(3 pour lé = 10 cm,puis 2 pour lé = 20 cm, puis 1,5 pour lé= 40 cm)-- bétons cellulaires = 70% du béton normal

Liquides >>> eau calme(500)--eau vive(2000)--eau bouillante(5000)--

Gaz >>> au repos(10 à 30)--gaz très agité(100 à 300 )--vapeur d’eau(6000 à 12.000)

   Copyright Formules-physique ©

-agitation thermique

L’agitation thermique est le mouvement oscillatoire permanent des atomes autour de leur position moyenne;elle crée de la chaleur, mesurée sous forme de température

Si l'agitation est très forte, elle entraîne la fusion du corps (changement de PHASE)

L’agitation favorise la diffusion et entraîne la convection

 

FORMULE d’EINSTEIN (MARCHE au HASARD)

l² = k.T.t / 3.lr

avec l(m)= distance moyenne entre 2 chocs successifs de particules sphériques

k(J/K)= constante de Boltzmann (1,3806503. 10-23 J / K)

T(K)= température absolue

η(Pl)= viscosité dynamique ambiante

lr(m)= rayon des particules

t(s)= durée du phénomène

   Copyright Formules-physique ©

-anergie et exergie

Une énergie noble (mécanique, électrique, chimique...) se convertit (se transforme) souvent en d'autres types d'énergie (nobles ou chaleur)

La partie utile qu'on récupère en fin de cette transformation est l'exergie.

Mais la partie qui ne se transforme pas (qui est restée identique à sa nature d'origine) est nommée anergie

Ces 2 notions sont des variables d'état. Pour les gaz, on dit qu'elles sont extrinsèques

Le bilan d'une transformation est :

Ena = (%Ena) + Enm,nc,né.... + Eq

où l’énergie noble d'un type a (soit Ena) peut :

-d’une part, ne pas se transformer du tout (%Ena qui reste en type Ena et qui est l’anergie)

-d’autre part se transformer en autres énergies nobles (mécanique, chimique, électrique...) repérées ici (Enm,nc,né....)

-et enfin se transformer en énergie thermique non noble (Eq)

-la somme(Enm,nc,né..... + Eq ) est nommée exergie

   Copyright Formules-physique ©

-capacité thermique

La capacité thermique (ou capacité calorifique) est une grandeur  exprimant que l’apport dans un corps d'une quantité d’énergie (calorifique) Ea la capacité d'y créer une certaine variation de température ΔT

C’est en fait un échange d’entropie, se soldant par un transfert de chaleur

Equation aux dimensions structurelles de la capacité thermique = L2.M.T-2.Θ-1

Symboles de désignation : C, en cas général (et R* pour la constante de Gay Lussac qui est une capacité thermique particulière)

On distingue trois cas de capacités thermiques:

-celle à volume constant Cv (cas des solides --et éventuellement des fluides--)

-celle à pression constante Cp (cas des gaz)

-celle à moment constant C(cas d’une torsion)

L'unité S.I.+ est la même dans les 3 cas : le Joule par degré Kelvin (J / K)

Relations avec d'autres unités :

1 calorie par degré vaut 4,186 J/K

1 constante de Gay-Lussac (R*) vaut 8,314 J/K

Nota : la capacité thermique n’est pas en similitude de définition ni de formules avec la capacité électrique

 

FORMULES GENERALES

C= ΔE/ ΔT

avec Cv(J/K)= capacité thermique (ou calorifique) à volume constant

ΔEq(J)= énergie calorifique (quantité de chaleur apportée) nécessaire pour faire varier le corps d’une température ΔT(K)

Si T tend vers la limite 0° K(zéro absolu) Eq tend vers 0 mais l'on convient alors que le rapport Cv = 0

Un système à capacité thermique Cv constante est dit "polytropique"

-RELATIONS AVEC d’AUTRES GRANDEURS

-relation entre capacité thermique et chaleur massique (loi de Mayer)

C- C= m.q’/ T

avec Cp et v(J/K)= capacités thermiques (respectivement à pression et à volume constant)

m(kg)= masse du corps

q’c(J/kg)= chaleur massique

-relation entre capacité thermique et chaleur molaire

C = E*c.q / T

avec C(J/K)= capacité thermique

q(mol)= quantité de matière

T(K)= température

E*c(J/mol)= chaleur molaire

-relation entre capacité thermique et énergie 

C = dE/ dT

avec C(J/K)= capacité thermique

Eq(J)= énergie calorifique (chaleur) d’un système

T(K)= température

-relation entre capacité thermique et résistance thermique

C = Q*.t

avec C(J/K)= capacité thermique

Q*(W/K)= résistance thermique

t(s)= temps

 

LA CAPACITÉ THERMIQUE pour les SOLIDES et LIQUIDES

C = R*.p*.(T1)3 / ρ.(v.TD)3

où C(J/K)= capacité thermique

R*(J/K)= constante des gaz (8,314472 J/K)

p*(W/m²)= irradiance thermique

T1(K)= température de l’expérience

ρ(kg/m3)masse volumique du corps

v(m/s)= vitesse du son dans le corps

TD(K)= température de Debye (notion établie au niveau particulaire et qui est:

T= h.ν/ k)

avec h(J-s)= constante de Planck(6,62606876.10-34 J-s)

νD(Hz)= fréquence de Debye

k(J/K)= constante de Boltzmann (1,3806503. 10-23J / K)

 

-capacité thermique pour un mélange de corps (ou de substances)

Les capacités calorifiques des divers constituants d'umélange s’ajoutent

 

-cas des solides

Dans les solides (cristallins) on peut dire que la capacité thermique est l’expression de l’excitation (vibration) due aux phonons dans le corps considéré.Sous l’effet d’un apport calorifique externe, il apparaît un phonon (quantum d’énergie) qui lui-même enclenche une vibration élémentaire d’un élément (atome) du réseau cristallinet y produit ainsi de la chaleur

 

-équivalent en eau

Dans le cas d’un calorimètre (appareil constitué deau incluse dans un récipient et muni de divers accessoires), on évalue les capacités calorifiques de chaque appareillage -(autre que l’eau)- et on les transforme en nombre [d’unités équivalentes à celles d’une partie d’eau] d’où leur nom de (valeur en eau), ou (équivalent en eau)

 

LA CAPACITE THERMIQUE pour les GAZ PARFAITS

-la loi de Laplace, dite des gaz parfaits

(gaz parfait = où les réactions intermoléculaires sont nulles)

p.Vg  = constante

V(m3)= volume occupé par le gaz

p(Pa)= pression du gaz

g= coefficient de Laplace (ou adiabatique) = au rapport (C/ Cv)

où C est la capacité thermique à pression constante  et Ccelle à volume constant  

(γ dépend de la température T)

-la constante de Gay Lussac (ou constante des gaz parfaits)

est un cas particulier de capacité thermique

Elle est déterminée microscopiquement à partir de la constante molaire des gaz (un nombre de particules multiplié par la valeur unitaire de chaleur impliquée dans chaque particule), soit :

R*= k.NA   où   R*m , k(J/K)= constante de Boltzmann (1,3806503. 10-23J / K)

et NA(mol-1)= constante d’Avogadro (6,02214 mol-1)

Et comme par ailleurs R* = R*m.q  avec q(mol)= quantité de matière impliquée >>

on trouve la valeur de R*(constante de Gay-Lussac = 8,314 J/K)

Equation aux dimensions:       L2.M.T-2-1

-relation classique pour la constante des gaz

R*.T = p.V 

R*(J/K)= constante des gaz (8,314 J/K)

T(K)= température absolue de l’expérience

p(Pa)= pression d’un gaz occupant un volume V (m3)

-VALEURS de CAPACITES THERMIQUES

On ne peut donner de valeurs individualisées pour les capacités thermiques

Voir par contre les capacités thermiques massiques

   Copyright Formules-physique ©

-capacité thermique massique

Anciennement connue sous les noms de "Chaleur massique", ou "Chaleur spécifique", cette notion sert à apprécier l'énergie nécessaire pour faire varier la température d'un morceau de matériau

Désormais il faut dire Capacité thermique massique

ou Capacité calorifique massique 

ou Capacité thermique spécifique

Equation aux dimensions structurelles : L2.T-2-1    Symbole grandeur : c’

Unité S.I.+ : le J /kg-K

L'unité (le J/kg-K) est la capacité thermique massique nécessaire pour qu’une masse de 1 kilogramme appartenant à un corps, puisse s’échauffer de un degré si on lui apporte 1 Joule

Relations entre unités :1 kilocalorie par kilogramme-degré vaut 4,185.103 J/kg-K

1 Calorie par gramme-degré vaut 4,185.103 J/kg-K

1 Joule par gramme-degré vaut 10J/kg-K

1 constante thermique massique vaut 8,314 J/kg-K

 

CAPACITE THERMIQUE MASSIQUE -cas GENERAL-

c’ = E/ m.ΔT

où c’(J/kg-K)= capacité thermique massique d’une masse m(kg) qui se réchauffe de ΔT(K)

Eq(J)= énergie de chaleur cédée pour ledit réchauffement

 

-relation avec la capacité thermique

Comme son nom l'indique, c'est une notion massique, donc :

c’ = C / m     où c’(J/kg-K)= capacité thermique massique d’un corps de masse m(kg)  et C(J/K)= sa capacité thermique (ou calorifique) ordinaire

Mais pour les gaz, qui ont des volumes variables selon la pression, on aura 2 variantes : l’une à pression constante et l’autre à pression constante (voir plus bas)

 

-relation avec la chaleur massique

c’ = q'/ T    

où c’(J/kg-K)= capacité thermique massique d’un corps

q’c(J/kg)= sa chaleur massique

T(K)= température

 

-cas d'un mélange de corps

c’ = Δ(mi.c’i) / Δ.mi

où c’(J/kg-K)= capacité thermique massique du mélange de plusieurs corps

c’i(J/kg-K)= capacité massique de chacun des corps

mi(kg)= masse de chacun des corps

 

-cas des très basses températures

La capacité th. massique (c’) varie à l’inverse de T(pour les corps conducteurs) et à l’inverse de T3 pour les isolants

 

-valeurs de capacités thermiques massiques (sauf les gaz, à voir plus loin) 

exprimées en J/kg-K

Liquides >>> eau(4185)--liquides volatils(1700 à 1800)-- Liquides épais(2000 à 2300)

Métaux >>> Bi & U(118)--Au,Pt,Pb & W(130)--Hg(140)--Ag,Cd & Sn(230)-- Zn(380)--

Cu & laiton(385)--Ni,Fe & Cr(430)--Acier(480)-- Ti(520)-- Al(900)--Mg(1020)--Li(3600)

Matériaux de construction >>> Bronze & Laiton(380)--Aciers(500)--Pierres et assimilés(700 à 900)-- Verres(730 à 850)--Bois(1300 à 2600)

Divers >>> Graphite(700)--Bois & Polystyrène(1300)--Glace(2060)--Corps humain(3500)  Eau(4200)

 

CAPACITE THERMIQUE MASSIQUE à VOLUME CONSTANT pour les GAZ

C'est un cas particulier de capacité thermique massique pour les gaz

c’p= dU / dT   où U est l'énergie interne et T la température

Valeurs pratiques de capacité thermique massique à volume constant 

(c’m exprimée en J/kg-K et à Temp. normale)

Gaz >>> Cl(360)--CO²(630)--O²(650)--Ne(740)--Air(780)--

Vapeur d’eau(1380)--NH3(1580)--Gaz de ville(1600)--C²H²(1620)-- He(3100)--H²(10.000)

 

CAPACITE THERMIQUE MASSIQUE à PRESSION CONSTANTE pour les GAZ

C'est un cas autre particulier de capacité thermique massique pour les gaz

défini par c’p= dH / dT  où H est l'enthalpie et T la température

Cette capacité à volume constant est plus grande que celle à pression constante, car ici il y a nécessité de dépenser du travail pour une variation de volume du corps (se payer de la dilatation coûte plus cher ….donc c’est > c’v)

Valeurs pratiques de capacité thermique massique à pression constante 

(c’p exprimée en J/kg-K et à température normale)

Gaz >>> Cl(470)--CO²(820)--O²(910)--Air sec(1005)--Air saturé(1030)--

Ne et N (1033)--C²H² et octane(1300)--Vapeur d’eau(1900)-- NH3(2100)—

Gaz de ville et Hexane(2200)--Ethanol(2460)--He(4000)--H²(14300)

 

RELATIONS entre c’p & c’v (les 2 capacités th. massiques pour les GAZ)

c’= c’.dT.m + p.dV

ou bien c’= c’+ q.R*/ m     et   c’p- c’= R* / m

ou encore c’= c’+ (T.αv²) / βc  et  c’p / c’v = g

 

avec c’p = capacité thermique massique à pression constante (isobare)

c’v(J/kg-K) = capacité thermique massique à volume constant (isochore)

p(Pa)= pression (constante)

δV(m3)= variation de volume

(et p.dV= travail, en Joules)

δT(K)= variation de température

m(kg)= masse

q(mol)= quantité de matière et m(kg)= masse

R*m(soit 8,314 J/mol-K)= constante molaire

R*(J/K)= constante de Gay-Lussac (8,314472 J/K)

αv(K-1)= coefficient de dilatation volumique isobare, dont les valeurs

vont # de (1 à 6).10-5 K-1

βc(Pa-1)= coefficient de variation thermique isochore

g(nombre)= coefficient adiabatique (de Laplace)

 

CONSTANTE INDIVIDUELLE pour les GAZ

La relation ci-dessus (c’p= c’+ q.R*m/ m) peut s'écrire  c’p= c’+ R*m/ (m / q)

où apparaît le terme R*m/ (m/q) qu'on dénomme (constante individuelle du gaz) exprimée en J/kg-K)

C'est donc la constante molaire R*m (8,314 J/mol-K) divisée par la masse molaire m' du gaz donné

Valeurs pratiques de cette constante individuelle de gaz (en J/kg-K et à T.P.N)

Cl(117)--SO²(130)--CO²(189)--O²(260)--Air(287)--N² et CO(297)--C²H²(320)--

Vapeur d’eau(461)--NH3(488)-CH4(518)--He(2077)--H²(4122)

   Copyright Formules-physique ©

-capacité thermique molaire

La capacité thermique molaire  est une capacité thermique ramenée à une quantité de matière. Synonyme: capacité calorifique molaire

Equation aux dimensions  : L2.M.T-2.Θ-1.N-1       Symbole de désignation : C ’       

Unité S.I.+ : J / mol-K

 

LA CAPACITE MOLAIRE

-capacité molaire et chaleur molaire

C’ = E*/ T       ou   C’ = ΔE/ q.ΔT

C’(J/mol-K)= capacité thermique molaire

E*c(J/mol)= chaleur molaire

T(K)= température

Eq(J)= énergie thermique

q(mol)= quantité de matière

-capacité molaire et capacité massique

C’ = c’/ m.q

où C’(J/mol-K)= capacité thermique molaire, c’(J/kg-K)= capacité thermique massique

q(mol)= quantité de matière et m(kg)= masse

-capacité molaire et masse molaire

C’ = c’.m’

où c’(J/kg-K)= capacité thermique massique

m’(kg/mol)= masse molaire

-capacité molaire et capacité thermique

C’ = C / q       et   C’ = C.NA / n

où C’(J/mol-K)= capacité thermique molaire

C(J/kg-K)= capacité thermique

q(mol)= quantité de matière

n = nombre de particules

NA(mol-1)= constante d’Avogadro (6,02214 mol-1)

 

LA CAPACITÉ MOLAIRE pour les CORPS SIMPLES USUELS

Ils suivent la loi de Dulong-Petit (aussi vue au chapitre Chaleur molaire) valable pour des températures > à la température d'Einstein (TE)

On peut s’écrire ici :

C’ = 3.R*= 24,9 J/mol-K (constante)

où C’(J/mol-K)= capacité thermique molaire

et R*m (8,314472 J/mol-K) la constante molaire

La température d'Einstein: est T= h.ν / R* = température minimale pour qu'il y ait possible expression de phonons

Dans ce cas, la chaleur molaire est:

E*(J/mol) = 3R*(n1)².[expn1/ expn2] / x'

où R*(J/K)= constante des gaz parfaits (8,314472 J/K)

h(J-s)= constante de Planck (6,62606876.10-34 J-s)

ν(Hz)= fréquence de vibration des phonons

n1 = (TE / T)    et    n2 = (n1-1)²

Valeurs de capacités thermiques molaires (en J/K-mol)

Al(24)--NaOH(37)--eau(41)--éthanol(43)--KOH(54)--

 

CONSTANTE MOLAIRE des GAZ

C'est un cas particulier de capacité thermique molaire

R*= k.NA       ou     R*= p.V / q.T   et  R*= R* / q

avec R*m (8,314 J/mol-K)= constante molaire

k(J/K)= constante de Boltzmann(1,381.10-23 J/K)

NA = constante d’Avogadro(6,02214.1023 atomes/mol)

R*(J/K)= constante de Gay-Lussac (cas particulier de capacité thermique dont la

valeur = 8,314472 J/K)

q(mol)= quantité de matière

T(K)= température absolue de l’expérience

p(Pa)= pression d’un gaz occupant un volume V(m3) pour q moles

   Copyright Formules-physique ©

-chaleur

Chaleur est synonyme d’énergie calorifique (ou thermique) 

On voit souvent l’expression "quantité de chaleur", ce qui ne veut rien dire de plus que "chaleur"

La chaleur est issue de 4 sources (qui sont toutes des chocs inter-particulaires):

1-mécanique, grâce à l’échange d’énergie cinétique des atomes de corps (frottements, conduction)

2-chimique, grâce à la combustion (échange de particules entre divers corps)

3-électrique, grâce à la résistance des atomes d’un conducteur, s’opposant au courant (effet Joule, convection)

4-de rayonnement électromagnétique, par action des rayons heurtant les particules constitutives d’un corps

 

Equation aux dimensions  :L2.M.T-2       Symbole Eq       Unité S.I.+ : le Joule (J)

Relations avec d'autres unités :

1 tonne d’équivalent charbon (T.e.c)            vaut 2,7 .1016 J.

1 tonne d’équivalent gaz naturel                  vaut 4,2 .1014 J.

1 tonne d’équivalent pétrole (T.e.p)             vaut 4,2 .1010 J.

1 thermie (th)                                               vaut 4,185.106 J.

1 kilowatt-heure (kwh)                                 vaut 3,600.106 J.

1 kilocalorie (kcal)                                       vaut 4,185.103 J

1 grande Calorie (Cal)                                vaut 4,185.103 J.

1 (kilo)frigorie (fg)                                       vaut -4,185.103 J.

1 British thermal unit (B.T.U)                      vaut 1,055.103 J.

1 (petite)calorie (cal)--terme désuet--         valait 4,185. J.

1 Gigaélectronvolt (GeV)                            vaut 1,602.10-10  J.

Toutes les notions dont l’expression commence par le mot "chaleur "sont des énergies (thermiques, dont souvent des enthalpies) >>> telles: chaleur de combustion, chaleur de vaporisation, chaleur de fusion, etc...indiquant l'énergie calorifique développée (ou réclamée pour changer d'état) dans une combustion, une vaporisation, une fusion, etc..

C'est par exemple la chaleur E= c'.m.T  produite par l'élévation de température T d'une masse m d'un corps ayant une capacité thermique massique(c')

 

ÉQUATION de la CHALEUR

δT/δt = nt[δ²T / δx² + δ²T / δy² + δ²T / δz²]

avec T(K)= température absolue

x, y, z(m) et t(s)= coordonnées spatio-temporelles

nt(m²/s)= coefficient de diffusivité

nest par ailleurs égal à (c*.V / C) où c*(W/m-K)= résistance linéique thermique

C(J/K)= capacité thermique et V(m3)= volume

On peut aussi écrire l'équation générale de la chaleur, sous la forme :

dT / dt = nt.ΔT + P* / ρ'.c'

où T(K)= température absolue

t(s)= temps

nt(m²/s)= constante de diffusion thermique

Δ(m-2)= Laplacien

P*(W/m3)= puissance volumique (production instantanée volumique de chaleur)

ρ'(kg/m3)= masse volumique du matériau

c'(J/kg-K)= capacité thermique massique

 

GRANDEURS DERIVEES de la CHALEUR

-chaleur (énergie thermique) instantanée  voir puissance calorifique

-chaleur (énergie thermique) surfacique ou densité superficielle de chaleur  

c’est l’énergie absorbée, ou transmise (irradiation thermique), ou reçue dans une surface donnée >> 

W’ = E / S  où S(m²) est la surface et E(J) l’énergie    voir chapitre spécial

-chaleur (énergie thermique) surfacique spatiale

C’est une énergie spatiale, ramenée à une surface donnée .C'est synonyme de Fluence énergétique  S' = A* / S      A* (J/sr)= énergie spatiale émise par sa surface S(m²)

-chaleur (énergie thermique) massique

voir chaleur massique avec pouvoir calorifique massique

voir aussi enthalpie massique(q’H)

-chaleur (énergie thermique) molaire

C’est une chaleur ramenée à une quantité de matière

E* = E / q   E(J)= énergie calorifique et q(mol) quantité de matière

-chaleur molaire de combustion

Energie calorifique produite (à conditions T.P.N) par la combustion de la mole q d’un corps E*= E/ q

-densité superficielle d'énergie th. molaire E(J)= énergie globale des particules impliquées dans la quantité de matière q passant dans la surface S(m2)

-chaleur (énergie thermique) volumique  ou Densité volumique de quantité de chaleur

p= E/ V     énergie thermique Et(J) contenue dans volume V(m3)

et aussi dpv / dt = div.p*t

où pv(J/m3)= densité volumique de chaleur(énergie volumique)

p*(W/m2)= densité surfacique de flux de chaleur

   Copyright Formules-physique ©

-chaleur latente

Chaleur latente est un terme désuet, qui désignait l’énergie massique dépensée pendant des changements d’état. Désormais, il faut dire :

ENTHALPIE MASSIQUE d'ABSORPTION

quand il s’agit de l’énergie massique nécessaire pour les transformations de types >>> Fusion, Sublimation, Vaporisation & Réaction chimique endothermique.

Exemple >> enthalpie massique d'absorption pour la fusion (anciennement chaleur latente de fusion) valant 277 kJ/kg(pour le fer), ou(66 kJ/kg pour l’or), etc.....

et par ailleurs ENTHALPIE MASSIQUE d'EMISSION

quand il s’agit de l’énergie massique nécessaire pour les transformations de types >>> Condensation, Liquéfaction, Solidification & Réaction chimique exothermique

Exemple >> enthalpie massique d'absorption pendant la liquéfaction (anciennement chaleur latente de liquéfaction) valant, pour de l'eau à 1 bar (417 kJ/kg)...etc

Voir chapitre Enthalpie

   Copyright Formules-physique ©

-chaleur massique

Une chaleur massique est un cas particulier d’énergie massique (c’est une énergie thermique comparée à la masse dont elle est issue -ou à laquelle elle s’applique-)

Attention aux confusions de terminologie

-la chaleur massique (q’c) est de l'énergie par unité de masse >>> dimension  L2.T-2

-la capacité thermique massique estune chaleur massique ramenée à la température >>> L2.T-2.Θ-1 

on la nommait anciennement chaleur spécifique (terme désuet)

-le pouvoir calorifique massique (q’p) est une chaleur massique (celle donnant l'énergie calorifique produite par la destruction d'une masse d'un corps)

-l'enthalpie massique (q’H) est aussi une chaleur massique (celle produite par une transformation d'état enthalpique)

Très souvent, on lit «chaleur massique pour tel corps», mais il faut bien comprendre que c'est une abréviation de (chaleur enthalpique massique....de fusion, de vaporisation, ou autre changement d'état)

Toute chaleur massique a comme   Equation aux dimensions : L2.T-2   

comme symbole de désignation q’c   et comme Unité S.I.+ le  J / kg

On utilise aussi une autre unité : la Calorie par kilogramme (Cal/kg) valant 4,185 J / kg

 

RELATIONS AVEC d’AUTRES GRANDEURS

-avec la chaleur molaire

q’c = E*c / m’m

où q’c(J/kg)= chaleur massique du corps

E*c(J/mol)= chaleur molaire

m’m(kg/mol)= masse moléculaire

 

-avec la capacité thermique

q’= C.T / m

où q’c(J/kg)= chaleur massique d'un corps

C(J/K)= sa capacité thermique

m(kg)= sa masse

T(K)= température absolue

 

-avec la capacité thermique massique (ex chaleur spécifique)

q’c = c'.T

avec c'(J/kg-K)= capacité thermique massique et T(K)= température absolue

 

-avec la température

La chaleur massique de chaque corps reste à peu près constante quand la température s'élève. Mais elle descend aux très basses températures, pour s'annuler au zéro absolu (car les oscillations des atomes cessent et n'entretiennent plus leur énergie cinétique)

 

-exemples de chaleurs enthalpiques massiques (arrondie, en J/kg)

de fusion  q'Hf eau >>> à 10°C(4.10)--à 100°C(4.102)--

q'Hf pour  Au,Br,Cd,K,Na,Sn(6.104)-- pour Bore(2.106)

de vaporisation  q'Hv >>> Air et ses composants, gaz halogènes(1 à 10.105)--

Alcools(5 à 6.105) --eau à 0,1 bar(2,39.103)--eau à 1 bar(2,26.103)--

de sublimation q'Hf >>> glace : 2,834 

   Copyright Formules-physique ©

-chaleur molaire

La chaleur molaire est une énergie (calorifique) ramenée à une quantité de matière.

Equation aux dimensions structurelles : L2.M.T-2.N-1       Symbole : E*c      

Unité S.I.+ = le Joule par mole (J / mol)

 

CHALEUR MOLAIRE des CORPS USUELS

Ils suivent la loi de Dulong-Petit qui s'écrit C' = 3.R* / q = 24,9 J/kg-mol (constante)

et avec la chaleur molaire, elle s'écrit >>> E*= q’c.m’= 6,4 J/mol (constante)

où C’(J/mol-K)= capacité thermique molaire

c(J/kg-K)= capacité thermique massique

R*m (8,314472 J/mol-K) est la constante molaire

q(mol)= quantité de matière

E*c (J/mol)= chaleur molaire d’un corps simple

q’c(J/kg)= sa chaleur massique

m’a(kg/mol)= masse atomique du corps

Cette loi est valable pour des températures > à la température d'Einstein (TE)

qui est T= h./ R* = température minimale pour qu'il y ait possible expression de phonons-

Dans ce cas, la chaleur molaire est:

E*(J/mol) = 3R*(n1)².[expn1/ expn2] .T

où R*(J/K)= constante des gaz parfaits (8,314472 J/K)

h(J-s)= constante de Planck (6,62606876.10-34 J-s)

n(Hz)= fréquence de vibration des phonons

n1 = (TE / T)    et    n2 = (n1-1)²

 

CHALEUR MOLAIRE de COMBUSTION

C'est l'énergie (chaleur) produite (à conditions T.P.N) par la combustion de la mole d’un corps  

E*= E/ q  avec E*c(J/mol)= chaleur molaire de combustion d’un corps

Et (J)= énergie thermique produite par la combustion

q(mol)= quantité de matière impliquée dans cette combustion

   Copyright Formules-physique ©

-charge thermique

La charge thermique est l'équivalent, en Thermique, de la masse (en gravitation) ou de la charge (en électricité)

Equation aux dimensions structurelles : T.Θ1/2    Symbole : ---

Unité S.I.+ la seconde-(degré)1/2

 

-relation avec le courant thermique:

charge thermique = courant thermique x temps de l'écoulement

-relation avec le potentiel thermique

charge thermique = énergie thermique / potentiel thermique

-relation avec la pression

Dans un fluide puissance = potentiel thermique x charge thermique / temps

   Copyright Formules-physique ©

-chaudières

Une chaudière est un système permettant de transporter de l'énergie thermique grâce à l'élévation de température d'un fluide caloporteur (qui peut être l'eau, une vapeur, un solide en fusion, etc)

L'avantage de ce transfert de chaleur (par cause de changement d'état) est la rapidité : c'est de la chaleur latente (qui transvase beaucoup de matière sans gros changement de température)

Alors que pour la convection (autre mode de transmission calorifique) c'est de la chaleur sensible, avec peu de transfert de matière, mais évolution franche de la température

Les chaudières de moins de 70 kw sont classées sous la dénomination d'individuelles

Celles de plus de 70 kw sont classées sous la dénomination d'industrielles

 

CHAUDIÈRES à COMBUSTION

on chauffe avec du carburant (énergie primaire) qui est solide (bois, charbon...) ou pulvérisé (divers), ou liquide (fuel...), ou gazeux

 

CHAUDIÈRES à RÉCUPÉRATION

on chauffe en deux temps : on produit de l'énergie calorifique avec un support (gaz ou eau chaude, ou circuit primaire nucléaire, ou électricité...) puis, grâce à un échangeur, on redonne cette énergie (au rendement près) à un fluide caloporteur -par un circuit secondaire-

Les chaudières usuelles sont de ce type, avec 2 cas particuliers :

-chaudières à basse température (le circuit d'eau est à 50°C au lieu de 90°C pour les précédentes)

-chaudières à condensation où l’on récupère la chaleur latente des fumées

le carburant est du fuel ou du gaz (méthane par exemple >>> le cheminement de combustion est : CH4+ Oqui donne CO2+ H2O(vapeur) Cette vapeur est orientée vers la zone froide du circuit passant dans l'échangeur où elle est condense à 35°C  pour céder son enthalpie à l'eau. Celle-ci, ainsi préchauffée, sera ensuite portée à 50°C)

 

CHAUDIÈRES ÉLECTRIQUES

on chauffe un fluide avec de l’effet Joule

Seulement à partir de là, le rendement est # 100%

 

RENDEMENTS NORMALISÉS (pour chaudières à combustibles liquide ou gazeux)

Pour les chaudières de puissance nominale Pdans la gamme allant de 4 à 400 kW, pour une température de 70 ° C et pour une charge partielle de 30%, le rendement (r) doit répondre aux normes ci-dessous:

chaudières type standard : r > 84 + 2log Pn

chaudières type basse température : r > 87,5 + 2log Pn

chaudières type à gaz et condensation : r > 91 + 2log Pn

Parfois l'énergie thermique d'une chaudière est ultérieurement transformée en énergie mécanique, par l'aide d'une machinerie complémentaire (exemple d'une machine à vapeur où la vapeur, par combustion externe, produit une énergie mécanique)

   Copyright Formules-physique ©