G3.NOTIONS ÉNERGÉTIQUES

   Copyright Formules-physique ©

-action

En Physique, l’action est une grandeur exprimant le produit  force x vitesse  (soulignant l'importance active de la masse quand elle est en mouvement).

C'est d'ailleurs aussi un moment d'impulsion, d'où le terme synonyme de "potentiel d'impulsion"

Equation de dimensions structurelles : L2.M.T -1      

Symboles de désignation : a (et h pour la valeur particulière dite "constante de Planck", utilisée surtout en physique des particules)        

Unité S.I.+ utilisée en mécanique: le Joule-seconde (J-s)

et en Physique particulaire h (qui vaut 6,626.10-34 J-s)

 

Nota: le mot action est aussi utilisé trivialement pour exprimer qu'il y a une notion active dans tel phénomène; par exemple :

-action et réaction d'une force

-action de masse en chimie

-action d'un champ - ce qui signifie "présence avec effet énergétique d'un champ"

-action de la température, ce qui signifie "effet de la température"....)

   Copyright Formules-physique ©

-admittance

Admittance est un terme générique indiquant une facilité d’acquisition des charges (thermiques, électriques, fluidiques, magnétiques)

C’est une grandeur inverse d’une impédance (et d’une résistance)

-admittance électrique

Dimension L-2.M-1.T3.I2

C'est l’inverse de l’impédance électrique (cas du courant alternatif)

-admittance énergétique  (dimension L-2.M.T)

--d’une part en acoustique, c’est l’inverse de l’impédance acoustique, soit 1 / Za

--d’autre part en optique, où elle exprime une facilité d’expression des photons (énergie lumineuse) 

-admittance visqueuse (nommée en général viscosité dynamique) Dimension  L-1.M.T-1

 

L’admittance spatiale (c.à.d. répartie dans un angle solide est nommée conductance 

-par exemple en électricité, c’est la conductance électrique, dimension L-2.M-1.T3..A-1), inverse de l'impédance de milieu Zr

alors que l'admittance est l'inverse de l'impédance simple 

   Copyright Formules-physique ©

-capteur

Un capteur est un appareil transducteur (il transforme un type d’énergie en un autre type) et les valeurs des grandeurs qu’il mesure sont données sous forme de variation de >>> capacité électrique, ou fréquence, ou résistance, ou voltage.

Les capteurs sont souvent des appareils de microélectronique comme :

-capteurs d’accélération : on mesure une accélération- le corps transducteur du capteur est une languette métallique- le phénomène transitoire est un pliage-

le capteur donne en lecture une variation de résistance électrique

-capteurs de débit : on mesure une vitesse d’écoulement- le corps transducteur du capteur est une lamelle de silicium- le phénomène transitoire est une baisse de température- le capteur donne en lecture une augmentation de résistance électrique

-capteurs de gaz : on mesure une pression (ou une concentration) de gaz- le corps transducteur du capteur est une membrane - le phénomène transitoire est une variation de température- le capteur donne en lecture une variation de conductivité(thermique)

-capteurs d'ondes : on reçoit des ondes dans un appareil (poste de radio, par exemple)

Cas d'un appareil hétérodyne : c'est le qualificatif d'un appareil produisant une onde entrant en interférence avec une autre onde (de fréquence proche) d'où création de battements par superposition des 2 ondes

-capteurs piézo-capacitifs : on mesure une pression - le corps transducteur du capteur est une membrane de Si, avec une couche métallique en regard-

le phénomène transitoire est une apparition d'un petit condensateur- le capteur donne en lecture une variation de capacité (électrique)

-capteurs piézo-résistifs : on mesure une pression- le corps transducteur du capteur est une membrane de silicium- le phénomène transitoire est une déformation de membrane- le capteur donne en lecture une variation de résistance (électrique)

-capteurs à quartz : on mesure une masse surfacique-le corps transducteur du capteur est un cristal de quartz- le phénomène transitoire est une variation de pression et de température- le capteur donne en lecture une variation de fréquence (de résonance)

-capteurs de rayonnement : on mesure un rayonnement- le corps transducteur du capteur est une lamelle de Si avec un absorbeur- le phénomène transitoire est une élévation de température- le capteur donne en lecture une variation de résistance électrique

   Copyright Formules-physique ©

-conservation de l'énergie d'un système

1 . Pour un système au sens thermodynamique

Dans la loi générale de continuité (conservation) de l'énergie interne globale d'un système, on a :

ΔU = ΔW + ΔEq  (U = énergie interne globale, Eq = énergie thermique, W = travail)

 

-s'il n’y a pas de travail échangé  par le système, la formule se réduit à  ΔU = ΔEq

C'est l'équation de continuité (ou conservation de la densité de chaleur)

Et si l'on en prend l'aspect volumique (gaz) on arrive à dpv/ dt = div.p*t

avec pv(J/m3)= densité volumique de chaleur (énergie volumique)

p*(W/m2)= densité surfacique de flux de chaleur

t(s)= temps

 

-mais si par contre il y a échange de travail

dpv / dt + div.p*t = d² W / dV.dt = dp / dt

avec W(J)= travail effectué (pression x volume)

dV(m3)= variation de volume

dp(Pa)= variation de pression

 

2.Pour un système au sens mécanique

Il y a conservation de l’énergie mécanique, s’il n’y a pas de frottements

SE = E de translation + E de rotation + énergies potentielles (de translation et de rotation)

   Copyright Formules-physique ©

-constante de conversion

La constante de conversion est une grandeur qui intervient dans les calculs, mais qui n’a pas grande réalité physique.

On peut dire que c’est une énergie linéaire

 

Equation aux dimensions structurelles : L3.M.T-2       Symbole : Kk        Unité S.I.+ : J-m

En infiniment petit, cette constante devient le produit (h.c)

 i.e. (constante de Planck x constante d’Einstein) et sa valeur est de 3,161.10-26 J-m

 

 

 

   Copyright Formules-physique ©

-conversion entre diverses énergies

Toutes les formes d’énergie sont en perpétuelles modifications d’aspect.

Bien sûr, dans un système donné, la somme des énergies -quelles que soient les formes dans lesquelles elles se manifestent- est toujours constante

En dernier ressort, à la fin des fins des modifications énergétiques, il ne restera plus que de la chaleur

 

On distingue 2 types (opposés) de conversions énergétiques:

LA CONVERSION d'une ENERGIE NOBLE(on nomme ainsi toute énergie qui n’est pas de la chaleur)

-cas général

Le bilan est ainsi formulable >>>   Ena= (%Ena) + Enm,nc,né....+ Eq

ce qui signifie qu’une énergie noble d'un type a (symbolisée Ena) a toujours un pourcentage (%Ena) qui se maintientsous la même forme Ena (on la nommeanergie) à laquelle s’ajoutent certaines nouvelles énergies nobles (mécanique, chimique, électrique….symbolisées Enm,nc,né....) et enfin il apparaîtra une énergie non noble (Eq), c'est à dire de la chaleur (énergie thermique)

-la somme (Enm,nc,né.....+ Eq) est nommée exergie

 

Ci-après, sont cités les cas particuliers de la conversion d’une certaine forme d’énergie noble en chaleur (cette conversion peut être totale, en conditions idéales, comme exprimé dans les formules) :

-cas particulier de l'énergie mécanique transformée totalement en chaleur

Δ(Ec+ Ep) = Eq

où Eq(J)= quantité de chaleur récoltée quand (Ec+Ep) la somme des énergies cinétique et potentielle varie de Δ pendant le même temps

-cas particulier de l'énergie chimique transformée totalement en chaleur 

c’est surtout l’énergie de combustion

E= m.q’p

m(kg)= masse de substance

q’p(J/kg)= pouvoir calorifique massique

-cas particulier de l'énergie électrique transformée totalement en chaleur

E= U.i.t  = U².t / R

où Eq(J)= quantité de chaleur récoltée depuis un circuit conducteur

U(V)= tension du circuit

i(A)= intensité (courant) parcourant le circuit

t(s)= durée du phénomène

R(ohm)= résistance électrique du circuit

-cas de l'énergie de rayonnement transformée totalement en chaleur

E= p*é.bt.S.t.cosθ

où Eq(J)= quantité de chaleur récoltée

p*é(W/m²)= puissance surfacique (dite parfois éclairement énergétique) reçue

S’il s’agit de l'énergie reçue du soleil, p*é est la constante solaire, valant 1361 W/m²

bt(nombre)= coefficient -ou taux- d’absorptivité

S(m²)= surface de réception

t(s)= temps de réception

θ(rad)= angle plan entre le rayonnement et la normale à la surface de réception

 

LA CONVERSION de la CHALEUR en d'AUTRES FORMES d'ENERGIES (NOBLES)

Elle est possible mais ne peut être complète (selon le 2° principe de la thermodynamique).

Elle s’effectue donc partiellement à travers une machine thermique (principe de Carnot), en général transformant l’énergie thermique en énergie mécanique

La perte d’énergie est signifiée par un rendement  r < 1

-loi de Zeuner

Pour une machine située sur un cheminement d’énergies, on peut en établir le bilan sous la forme : (H2+ Ec2+ Ep2) - (H1+ Ec1+ Ep1) = W + Eq

où H2et H1(J)= enthalpies en aval et en amont de la machine

Ec2 et Ec1(J)= énergies cinétiques en aval et en amont de la machine

Ep2 et Ep1(J)= énergies potentielles de pesanteur, en aval et en amont de la machine

W(J)= travail reçu par la machine (par le fluide qui la traverse)

Eq(J)= énergie thermique  reçue par la machine (par le fluide qui la traverse)

   Copyright Formules-physique ©

-densité linéique de courant

Une densité est une répartition

Linéique signifie que cette répartition a lieu dans une seule direction

Courant signifie que cela concerne une grandeur qui s'écoule

On utilise cette notion:

-en électricité, c'est la densité linéique de courant électrique

grandeur (électrique) similaire à l'aimantation (magnétique) par les effets qu'elle produit,

Dimensions  L-1.I       Symbole Ml      Unité S.I.+ = l’Ampère par mètre (A / m)

Ml  = i / l

avec Ml(A/m)= densité linéique de courant d’un conducteur

l(m)= longueur du conducteur

i(A)= intensité du courant dans le conducteur

 

-en thermique, c'est la densité linéique de courant thermique

 

Synonymes : densité linéique de flux calorifique ou  densité linéique de puissance thermique ou  flux linéique

C'est une puissance thermique répartie sur (ou émise par) une certaine longueur

Equation de dimensions L.M.T-3Symbole : r*t       Unité S.I.+ : W/m

Définition   r*t= P / l = c*.ΔT

où r*t(W/m)= densité linéique de puissance P (ou de flux ) thermique d’un corps

l(m)= longueur de répartition

c* (W/m-K)= résistance linéique thermique(ou conductivité)

pour une différence de température ΔT(K)

 

   Copyright Formules-physique ©

-dissipation

 

ATTENTION : RESUME des terminologies

 DEFORMATION=modification géométrique?DEPLETION=anomalie d’une distribution dans 1 zone--DIFFUSION(ou SCATTERING)=irrégularités du milieu modifiant trajectoire et énergie des ondes--DIFFRACTION=modif. d’une onde quand elle frappe un trou de dimensions réduites--DISPERSION=incidence du milieu sur les vitesses de l’onde traversante--DISRUPTION=rupture de certaines conditions d’expérience-- DISSIPATION=diminution progressive de l’énergie dans un milieu--DISTORSION= déformation des divers paramètres d’une onde pendant traversée d’un milieu--

 

 

La dissipation signifie ici  perte d'énergie, liée à une perturbation du milieu dans lequel se meut un objet. Il y a donc dissipation (énergétique) à l'occasion de frottement, de viscosité importante, de choc, de résonance, de changement de milieu, etc...mais ceci ne concerne nullement d'éventuels apports (ou retraits) d'énergies externes

Un système dissipatif (ou à structure dissipative) est tel qu'une forme d'énergie qu'il porte, ne se conserve pas (elle est transformée)

Cas particulier : loin de l'équilibre, un système peut évoluer spontanément vers une entropie décroissante (où apparaissent des phénomènes à mouvements ordonnés)

 

DISSIPATION CONCERNANT les ONDES

Quand une onde traverse un milieu (ou émerge au-delà d’un corps traversé)une part de son énergie disparaît sous d’autres formes (rayonnements, chaleur...) et cetétat dissipatif évolue spontanément vers l’arrêt s’il n’y a pas d'énergie pour l'entretenir (dissipation = déperdition d’énergie progressive)

 

1.DISSIPATION POUR ONDES ACOUSTIQUES

On la mesure surtout à travers l'indice de dissipation

(sans dimension) qui est i*s = (p*dissipée) / (p* incidente) les p* étant les intensités acoustiques ou encore-ce qui revient au même, car l’intensité est proportionnelle à la puissance: i*s = (P dissipée) / (P incidente) les P étant les puissances acoustiques

 

2.DISSIPATION pour ONDES LUMINEUSES

La dissipation de lumière est étudiée à travers 3 notions :

-la dissipation lumineuse proprement dite   

qui est l'énergie lumineuse El subsistant après que la lumière ait traversé un corps.La partie manquante (dissipée) a été transformée en d'autres énergies(dont une grande part est de la chaleur)

Equation de dimensions  :  L2.M.T -2         Symbole E       Unité(d'usage) : lx-s-m²

-la dissipation spécifique

qui est l'énergie spatiale lumineuse (c'est à dire l'énergie ci-dessus répartie dans un angle solide)

Equation de dimensions  :  L².M.T -2.A-1         Symbole A*        Unité : lx/m-sr

C'est  A* = Dl.S.t  (symboles idem ci-dessus)

-la dissipance  qui est la puissance surfacique correspondant à l'énergie ci-dessus, et ramenée à l'angle solide    

Dimensions : M.T -3 .A-1        Symbole : Dl         Unité d’usage : lx/sr

Dl = Pl / S.Ω.cosθ 

Dl(lx-sr)= dissipance, S(m²) = surface en cause, Ω(sr) = angle solide 

Pl est le flux (en lx-m²) et  θ(rad) est l'angle entre le plan sortant du rayonnement lumineux et le rayonnement lui-même

 

3.DISSIPATION pour ONDES à EFFETS THERMIQUES

La dissipation d'onde à effets thermiques est étudiée à travers 3 notions :

-la dissipation d'onde stricto sensu qui est l'énergie (Equation de dimensions : L2.M.T -2) qui se transforme en autres énergies, à la sortie d’un phénomène (c’est la plupart du temps une transformation en chaleur -suite à des chocs inélastiques ou à des frottements ou à de la viscosité-)

-la dissipativité qui est le nom de la puissance surfacique (en cas de dissipation partielle d’un flux calorifique)

Equation de dimensions  : M.T -3        Symbole de désignation : p*        

Unité S.I.+ : Watt/m² (W/m²)

-le coefficient de dissipativité (ou de dissipation yu) qui est le rapport entre la puissance thermique dissipée et la puissance totale qui était disponible

 

DISSIPATION en ELECTRICITE

-théorème de la fluctuation-dissipation

A l'équilibre thermodynamique, on l'écrit  Ya =  i./ k.T

où Ya(Siemens)= admittance

k(J/K)= constante de Boltzmann

T(K)= température

i(A)= intensité électrique

Q(C)= charge électrique

-dissipation lors d'hystérésis

Pour un condensateur, la dissipation d’énergie sous forme calorifique (chaleur) quand il y a champ d'induction alternatif est E=  ε.V.Ω.E².tgφ

E(J)= énergie dissipée sous forme de chaleur

ε(F/m-sr)= constante diélectrique du diélectrique

V(m3)= élément de volume

E(V/m)= champ d’induction électrique alternatif

φ(rad)= angle de déphasage (angle de perte)

 

 

DISSIPATION en MILIEUX DIFFILES

-cas d'un milieu visqueux

L'énergie dissipative est Ed = h.∫∫∫(dv/dl)².dV

h(pl)= viscosité dynamique,v la vitesse et V le volume

La rapidité de dissipation est souvent exponentielle

-cas du frottement

La puissance dissipée est F.vF est la composante de la force de frottement et v la vitesse

 

DISSIPATION QUANTIQUE

 

ce terme désigne l'évolution d'un système quantique micro couplé à un système macro

 

   Copyright Formules-physique ©

-émission

Emission signifie envoi d’énergie, surtout pour l'acoustique et les rayonnements ionisantslumineux ou thermiques

(la dimension de l'émission est toujours celle d'une énergie L².M.T -2).

 

   Copyright Formules-physique ©

-émittance

L'EMITTANCE est une notion valable pour toutes les émissions

C'est une puissance surfacique spatiale (puissance émise depuis une certaine grande surface et dans un certain angle solide).

Equation aux dimensions structurelles : M.T-3.A-1       Symbole de désignation : D      

Unité S.I.+ : W/m²-sr   (ou le nit si c'est de la lumière)

 

FORMULAIRE d'EMITTANCE

D = P / S.Ω

où D(W/m²-sr)= émittance

P(W)= puissance émise par une grande surface S(m²) en un angle solide Ω(sr)

D = φ'.E / t

L'émittance est aussi un débit de fluence d'énergie E(J)

φ'(m-2-sr-1)= fluence et t(s)= temps (qui justifie le terme "débit")

 

TERMINOLOGIE

La puissance surfacique spatiale porte divers noms, selon le type de source émettrice:

--si l'émetteur de rayons thermiques est de grande surface: c'est une émittance

--si l'émetteur de rayons thermiques est de petite surface >> c'est l'exitance thermique

--pour les  rayons ionisants, à faisceaux larges, elle est nommée aussiémittance

--pour la lumière, avecémetteur de grande surface, elle est nommée luminance

--pour la lumière, avec émetteur de petite surface, c'est une exitance lumineuse

   Copyright Formules-physique ©

-énergie (en général)

En Physique, l'énergie est la grandeur qui représente l'évolution d'un système et qui s'exprime sous diverses formes: 

CHALEUR, ENTROPIE, INTERACTIONS, MATIERES, POTENTIELLE, PRODUCTIONS ELECTROMAGNETIQUES, RAYONNEMENTS, TRAVAIL 

 

L'énergie est la grandeur basique constitutive de l'espace-temps et elle est impliquée à ce titre, dans toutes les notions de force, de champ, de potentiel, d'interaction, de puissance, etc.

 

Selon son rôle ou son implication, l'énergie a reçu une importante diversité de dénominations, selon liste ci-après (non exhaustive) 

En Acoustique :

Energie acoustique--Energie de réflexion acoustique--

En Chimie:

Potentiel chimique--Energie molaire--Explosion--

En Cosmologie :

Energie de l'univers-

En Electromagnétisme :

Energie d'aimantation de cristaux--Energie d'une bobine--Energie d'un condensateur--Energie de conduction électrique--Energie de Coulomb--Energie d'un courant--Energie d'un feuilletd'un dipôle--Energie électromagnétique--Energie magnétique--Extra-courant de rupture--

En Fluidique :

Energie osmotique--

En Mécanique:

Energie cinétique--Energie de cohésion--Energie de déformation--Energie de frottement--Energie d'interaction (Newton)--Energie potentielle--Energie de recul--Energie relativiste--Energie de torsion--Force vive--Travail--

En Ondes rayonnées:

Absorption lumineuse--Diffraction--Eclairage (pour 1 lumière reçue)--Emission de rayonnements (ou énergie rayonnante)--Emission--Energie de dose--Energie d'ionisation--Energie de rayonnements thermiques--Opalescence (lumière émise)--Réflexion lumineuse--Transmission lumineuse--Travail de sortie--

En Infiniment petit :

Antisymétrie et Asymétrie--Barrière de potentiel--Energie d'activation--Energie de de Broglie--Energie de collision--Energie de Fermi--Energie de Landau--Energie de liaison--Energie du noyau--Energie nucléaire--Energie particulaire--Energie de Planck--Energie quantifiée--Energie de Rydberg--Energie de seuil--Hamiltonien--Lagrangien--

En Phénomènes périodiques :

Energies d'oscillation & vibration--

En Thermique:

Chaleur--Chaleur latente--Combustion--Conduction (thermique)--Convection--Effet (ou perte) Joule--Energie calorifique ou thermique--Energie de Gibbs--Energie interne--Energie libre de Helmholtz--Energie solaire--Energie thermique reçue--Energie thermique réfléchie--Energie thermique transmise--Enthalpie--Potentiels thermodynamiques--Grand potentiel--Pouvoir calorifique--

 et parallèlement Température

En Transformations et conversions:

Absorpsion-- Anergie--Atténuation--Diffusion--Dissipation--Energie fondamentale (ou minimale)--Energie stationnaire--Exergie--

En Vie courante : 

Energies renouvelables--Energies épuisables--Energie métaboliqu(et alimentaire)--

 

CARACTERISTIQUES de l'ENERGIE 

Equation aux dimensions de toute forme d'énergie : L2.M.T-2      

Symboles : E (et W pour le travail)      Unité S.I.+ = le Joule (J)

 

Relations entre les unités d'énergie

1 pétatonne de T.N.T                           vaut ~  4,2.1024 J.

 1 million de barils de pétrole                 valent 6.1018 J.

 1 mégatonne de T.N.T                          vaut ~  4,2.1015 J.

 1 tonne d’équivalent uranium (T.e.U)    vaut 5.1013 J. (+ ou - 20% selon qualité)

 1 tonne de T.N.T                                    vaut ~ 4,2.109 J.

 1 tonne d’équivalent pétrole (T.e.p)       vaut ~  4,2.1010 J.

 1 tonne d’équivalent charbon (T.e.c)      vaut 2,8 .109 J.

 1 gigajoule                                             vaut 109 J.

 1 tonne d’équivalent gaz naturel            vaut 3,5.109 J.

  1 thermie (th) ou kiloCalorie(kCal)        vaut 4,185.106 J.

  1 kilowatt-heure (kwh)                           vaut 3,600.106 J.

  1 cheval-heure(chh)                             vaut 2,648.106 J.

 1 mégajoule                                           vaut 106 J.

  1 Calorie(Cal)                                        vaut 4,185.103 J.

 1 frigorie (fg)--terme désuet--               valait 4,185.103 J.

 1 British thermal unit(B.T.U)                  vaut 1,054.103 J.

 1 kilogrammètre(kgm)                           vaut 9,806 J.

 1 petite calorie (cal)--terme désuet-      valait 4,185. J.

 1 lumen-seconde(lm.s)                      vaut 1,464.10-3 J.

 1 erg                                                   vaut 10-7J.

 1 Gigaélectronvolt(GeV)                    vaut 1,602.10-10 J.

 1 Mégaélectronvolt(MeV)                   vaut 1,602.10-13 J.

 1 électronvolt(eV)                              vaut 1,602.10-19 J. 

 

RELATIONS entre L'ÉNERGIE et QUELQUES AUTRES GRANDEURS

 Énergie = champ d’induction x moment d’entité-charge induite

 Énergie = FLUX d’induction x entité-charge linéique induite

 Énergie = fréquence d'action (action x fréquence)

 Énergie = potentiel d’induction x entité-charge induite

 Énergie = force x distance (ou déplacement de la force)

 Énergie = puissance x temps

 

Énergie massique = énergie / masse

 Énergie molaire = énergie / quantité de matière

 Énergie spatiale = énergie / angle solide

 Énergie surfacique = énergie / surface (ou section)

 on dit aussi densité superficielle d'énergie

 Énergie volumique ou (synonyme) densité volumique d’énergie = énergie / volume

 

CONSERVATION DE L’ÉNERGIE

Dans tout processus physique, l’énergie totale est conservée (une énergie peut se transformer éventuellement en diverses autres formes, mais leur somme est constante, donc invariable)

-tout système contient d'une part de l'énergie potentielle (cachée dans la structure intime de l'espace-temps, qui est plein d'énergie non révélée) et de l'énergie dégagée à la suite de deux sollicitations possibles (à savoir la sollicitation d'une force ou la création de température).

-un système est dit conservatif quand la force qui va libérer son énergie potentielle reste constante au cours de l'évolution du phénomène (donc au cours du temps)

Cette force Fc (conservative) est le gradient de l'énergie potentielle ainsi née Ep

Fc = - grad Ep   le signe (-) indiquant que c'est une force opposée au mouvement qui va venir et grad signifiant dEp / dl

Une énergie potentielle peut produire n'importe quelle forme d'énergie >> la plus usuelle est l'énergie mécanique, mais ce peut être de l'énergie chimique (potentiellement enfermée dans un combustible), de l'énergie électromagnétique (potentiellement enfermée dans les charges électrique ou magnétique, de l'énergie thermique, etc

-un système est dit dissipatif si la force qui initie l'énergie dégagée ne se conserve pas telle quelle (par exemple une force de frottement, ou une force d'élasticité...)

 

CONVERSIONS ÉNERGÉTIQUES

 

voir  chapitre spécial 

 

Voir aussi chapitre voisin des puissances (énergétiques)

 

ORDRES DE GRANDEURS de TRÈS GROSSES ÉNERGIES

 Exprimées approximativement, en tonnes de T.N.T (et entre parenthèses en Joules)

 La + forte dose de TNT déjà utilisée # 4.500 tonnes (2.1013 J)

 La bombe d'Hiroshima # 15.000 t. de TNT (6.1013 J)

  La + grosse bombe atomique essayée (URSS) # 50.000 t. de TNT (3.1014 J)

 L'annihilation d'un kilo d'antimatière # 2m.c² soit (2.1017 J)

 

La météorite sibérienne toungouse # 107 t. de TNT (5.1016 J)

 

 

 La consommation de pétrole par jour (# 5.1020 J)

 Un tremblement de terre moyen # 10 milliards de t. de TNT (1018 J)

 Une explosion de supernova #  1028 t. de TNT (1037 J)

Energie du milieu universel (du vide) ~ 3,5.1071 J

 

 

   Copyright Formules-physique ©