INDUCTION

-induction

Induction est un terme applicable à un phénomène activateur, créatif, qui permettra, sous certaines

conditions du milieu, de produire (de créer) un autre phénomène à distance (ce dernier étant dit "induit"

ou “d’excitation’’)

On utilise ici les notions de :

--entités-charges d'induction : ce sont des charges qui génèrent àdistance d'autres charges (induites, de

type différent).

---leur répartition dans l’angle solide (ce sont alors les FLUX  d’induction)

-leur répartition linéaire dans l’angle solide (ce sont alors des potentiels d’induction)

-leur répartition surfacique dans un angle solide, ce sont alors leurs fluences (et on les nomme

champs d’induction)

-leur considération à distance (ce sont alors les moments des charges d’induction)

-leurs répartitions linéaire, surfacique, volumique

 

Pour qu’un phénomène d’induction (il y en a quatre) crée un phénomène d’excitation, il faut (condition

ïncidente) que le facteur de milieu correspondane ait atteint une valeur discursive

 

-pour les phénomènes gravitationnels, une charge mésonique inductrice Y* (dimension L3.T-2.A) va

créer une charge induite dite masse m (dimension M),dès lors que la constante de gravitation G atteint

la valeur discursive de 8,385.10-10 m3-sr/kg-s²

 

-pour les phénomènes électriques, une entité d'induction électrique P  (dimension

L3.M.T-3.I-1.A) va créer une charge électrique induite (dimension T.I) dès lors que le facteur de milieu

inductivité ζ' atteint la valeur de 1,129.1011 m-sr/F

 

-pour les phénomènes de force forte(chromodynamique quantique)un dièdre fréquentiel inducteuru  (dimension L2.T-1.A) va créer une charge de couleur Q' induite (dimension L.M.T-1) dès lors que le facteur de milieu Y (facteur de Yukawa) atteint la valeur discursive de  9,32.10-27 m-sr/kg

 

-pour les phénomènes de force nucléaire faible une charge magnétique d'induction  c  (dimension

L2.M.T-2.I-1.A) va créer une charge de saveur  K induite (dimension L.I) quand le facteur de milieu μ (perméabilité magnétique) atteint la valeur de 1,256.10-6 H-sr

 

TERMINOLOGIE pour les GRANDEURS D'INDUCTION

 

-Coefficient d’induction (ou d'auto-induction) est un terme à bannir ici, car il est réservé à un cas

particulier d’inductance électrique

 

-FLUX d'induction (c'est une entité-charge répartie en un angle solide)

 

En gravitation >>> c'est le FLUX gravitationnel inducteur G' (dimension L 3.T -2)

 

En électricité >>> c'est le FLUX d'induction électrique Ψ (dimension L 3.M.T -3.I-1)

 

En gravitation conjointe >>> c'est la  vitesse aréolaire v* (dimension L2.T-1)

 

En magnétisme >>> c'est le FLUX d'induction magnétique  Φ (dimension L2.M.T-2.I-1)

 

-Entité-charge linéique d'induction

 

En gravitation >>> c'est la charge mésonique linéique u* (dimension L2.T -2.A)

 

En électricité >>> c'est le potentiel intrinsèque  a (dimension L2.M.T -3.I-1.A)

 

En gravitation conjointe >>> inusité (dimension L.T-1.A)

 

En magnétisme >>> c'est inusité (dimension  L.M.T-2.I-1.A)

 

-Potentiel d'induction (c'est une entité-charge répartie linéairement dans un angle solide)

En gravitation >>> c'est le potentiel inducteur gravitationnel q’  (dimension L2.T -2)

 

En électricité >>> c'est le potentiel d’induction électrique U (dimension  L2.M.T-3.I-1)

 

En gravitation conjointe >>> c'est la  vitesse linéaire v (dimension  L.T-1)

 

En magnétisme >>> c'est le potentiel d'induction magnétique T (dimension L.M.T-2.I-1)

 

-Entité-charge surfacique d'induction (c'est une entité-charge répartie dans une section d’angle solide)

 

En gravitation >>> c'est la charge mésonique surfacique n' (dimension L.T-2.A)

 

En électricité >>> c'est l'électrisation E' (dim°  L.M.T-3.I-1.A

 

En gravitation conjointe >>> c'est la vitesse angulaire ω (dimension T-1.A)

 

En magnétisme >>> c'est la magnétisation H'  (dimension M.T-2.I-1.A)

 

et il n' y a plus lieu d'utiliser le terme désuet de (induction intrinsèque)

 

-Champ d'induction (c'est la fluence d'une charge inductrice)

On utilise aussi le terme de “champ de charge’’

En gravitation >>> c'est le champ inducteur gravitationnel (ou accélération) γ (dimension L.T-2)

 

En électricité >>> c'est le champ inducteur électrique (ou rigidité) E (dimension L.M.T-3.I-1)

 

Il n'y a pas lieu d'utiliser le terme raccourci de "Induction électrique" (Il fut naguère usité,

mais il signifiait alors champ d’excitation électrique, c’est à dire la notion induite, donc l’opposé du vrai

champ !!)

En gravitation conjointe >>> c'est la fréquence f  (dimension T-1)

 

En magnétisme >>> c'est le champ d'induction magnétique B (dimension M.T-2 .I-1)

 

Il n'y a pas lieu d'utiliser le terme raccourci de "Induction magnétique", vieille expression abrégée, source de confusions

Nota : il faut bien se rappeler que les termes secs “champ électrique’’ ou “champ magnétique” ne

veulent rien dire, car il y a toujours deux champs: un d’induction et un induit. Il faut donc être très explicite

quand on manipule ces termes

 

-Entité-charge volumique d'induction

 

En gravitation >>> c'est l'accélération angulaire a' (dimension T-2.A)

 

En électricité >>> inusité (dimension M.T -3.I-1.A)

 

En gravitation conjointe >>> inusité (dimension L-1.T-1.A)

 

En magnétisme >>> c'est la densité volumique de magnétisme b* (L-1.M.T-2.I-1.A)

 

-Entité-charge volumique angulaire d'induction

 

En gravitation >>> c'est la charge mésonique volumique angulaire ( dimension T-2)

 

En électricité >>> inusité (dimension M.T -3.I-1)

 

En gravitation conjointe >>> inusité (dimension L-1.T-1)

 

En magnétisme >>> inusité (dimension L-1.M.T-2.I-1)

 

-Moment d'entité-charge inductrice

 

En gravitation >>> c'est le moment de charge (peu usité L4.T -2.A)

 

En électricité >>> c'est le moment électrique (dipolaire) inducteur  (L4.M.T -3.I-1.A)

 

En gravitation conjointe >>> inusité (L3.T-1.A)

 

En magnétisme >>> c'est le moment magnétique inducteur (L3.M.T-2.I-1.A)

 

-Moment de FLUX d'induction

 

En gravitation >>> inusité (dimension L4.T -2)

 

En électricité >>> c'est le moment électrique spatial inducteur (L4.M.T -3.I-1)

 

En gravitation conjointe >>> c'est le débit-volume Q (dimension L3.T-1)

 

En magnétisme >>> c'est le moment magnétique ampérien spatial  η' (L3 .M.T-2.I-1)

 

 

RELATIONS ENTRE INDUCTION et EXCITATION (induit)

 

Chaque grandeur d'induction est reliée à la grandeur induite (d'excitation) qu'elle a créée,

sous la formulation très générale:

 

Grandeur d'excitation = grandeur d’induction / facteur de milieu correspondant

 

Exemples : q’ = j* x G   où q’ est le potentiel d'induction gravitationnell,

j* le potentiel de Yukawa (induit)

et la constante de gravitation  (facteur de milieu pour les phénomènes gravitationnels)

 

Autre exemple  B = μ.H   est le champ d'induction magnétique, le champ magnétique induit 

et μ  la perméabilité (facteur de milieu pour le magnétisme)

 

On a aussi la relation générale:

 

Grandeur inductrice x Grandeur induite = énergie / angle solide x constante de conversion

 

La constante de conversion étant Kk = h.c (dimension L3.M.T-2) soit (3,161.10-26 J-m)

 

Et encore : Entité-charge inductrice = (énergie x facteur de milieu ) / (potentiel inducteur)

 

Ces relations expriment bien que le processus de création d’une charge induite est le 

suivant >> une première particule génératrice préexistante, dite “entité-charge d’induction”,

profite de la disruption du facteur de milieu, pour en moduler l'énergie et créer ainsi une

nouvelle particule (qui est une particule induite)

 

-Remarque: les 3 grandeurs induites (Q, Q’ et K) n’existent pas à l’état “sauvage” ; elles

s’imbriquent (se plaquent sur) une particule massique (m) déjà créée grâce à un

phénomène de gravitation.

 

La charge électrique et la saveur n’ont quasiment pas de masse, mais Q’ en a un peu

(2% du total de la particule massique qui l’héberge)

 

La relation interactive entre deux charges induites de même nature (c'est à dire entre deux

Q, ou entre deux  Q’ ou entre deux K) est exprimée par la loi de Newton.

Ce qui est normal, puisque cescharges sont supportées par des masses, grandeurs

totalement prépondérantes dans  l’expression newtonnienne d’interaction

   Copyright Formules-physique ©