ECLAIREMENT

-éclairement

1.l'éclairement stricto sensu est une puissance surfacique lumineuse reçue

Equation aux dimensions structurelles M.T-3      

Symbole de désignation : p*       Unité d’usage le lux valant 1/683 W/m²  ou 1,464.10-3 W/m²)

Ancienne unité: le phot(ph) valait 10lux

L'éclairement est issu (aux pertes près) d'une puissance surfacique lumineuse émise dont le nom est alors luminance (ou exitance) spécifique et l'unité le lumen/m²

La luminance est émise(lm/m²), l'éclairement est reçu (lx)

On trouve parfois l'éclairement dénommé "intensité", ce qui est totalement erroné (l'intensité c'est = éclairement x surface / angle solide)

 

-formulations

p*x= Pl/ S.cosθ       et   p*x= Dl.Ω      et aussi   p*x= W' / t

où p*x(lx)= éclairement ou flux lumineux reçu par une surface S(m²)

Pl(lx-m²)= flux lumineux correspondant (= puissance reçue)

θ(rad)= angle entre rayon et normale de S

Dl(lx-sr)= illuminance (puissance surfacique spatiale reçue)

Ω(sr)= angle solide de la zone de réception des rayons

W'(lx-s)= illumination (énergie surfacique reçue)

t (s)= durée

 

-variation de l'éclairement avec la distance

p*é = P'.cosθ.Ω / 

avec p*é(lx)= éclairement reçu

P'(cd)= intensité lumineuse

θ(rad)= angle du rayonnemment avec la normale de la surface éclairée

Ω(sr)= angle solide dans lequel a lieu le transfert de lumière

l(m)= distance entre source et récepteur

 

-éclairement et luminance

p*é =W.F's.Dl.sin²q

W(sr) est l'angle solide, F's(nombre) est le facteur de déperditions, Dl(nit) est la luminance, q(rad) est le demi-angle de vision 

 

-valeurs pratiques d'éclairements reçus (selon l'émetteur, exprimés en lux)

-depuis un laser(106 à 21)

-depuis le soleil au zénith(7.103 en hiver à 7.104 en été)

-depuis le soleil, par un temps couvert (2.000)

-depuis le ciel dégagé d'une nuit sans lune (10-3)

-en provenance de la pleine lune(1)

-depuis une bougie proche(10)

-depuis une lampe moyenne(150)

-valeurs pratiques d'éclairements reçus réclamés par les utilisateurs (en lx)

-pour une limite de vision colorée(3)

-pour une rue la nuit(20 à 40)

-pour un travail intérieur(100 à 200)

-pour un entrepôt(150)

-pour une vision diurne normale(200)

-pour un appartement(150)

-pour une salle de conférences(250)

-pour un bureau(400)

-pour école ou magasin(300)

-pour un travail de précision (> 800)

 

2. on utilise aussi le mot "éclairement" toutefois dit "éclairement énergétique", quand il s'agit de rayons à effet thermique --la dimension est la même  (M.T-3) le symbole de désignation aussi (p*)   mais l'unité est le W/m²

Il est issu d'une puissance surfacique thermique émise dont le nom est alors émissivité, l'unité restant le W/m²

 

3.la quantité (ou durée) d'éclairement dite illumination est une énergie surfacique lumineuse. Elle a pour dimension M.T-2  pour symbole : W'  et pour unité d’usage le lux-seconde (valant 0,001464 J/m²)

4.le facteur de visibilité est le pourcentage  de la puissance surfacique émise comparée à la  puissance surfacique consommée en amont par la source

Ses valeurs s'échelonnent entre 0 (pour les extrêmes couleurs visibles)

et 1 (pour le vert 555 nm)

   Copyright Formules-physique ©