CONSTANTES UNIVERSELLES

constantes universelles

On nomme "constante universelle" (ou fondamentale) la valeur particulière prise par une grandeur de physique, mesurée stablement identique dans tous les phénomènes où elle est impliquée

Il en existe une douzaine et ce ne sont pas des constantes, au sens littéral.

Ce sont simplement des valeurs constantes et elles ont des relations dimensionnelles envers les autres grandeurs.

Les plus usuelles sont listées ci-après:

-la constante de Boltzmann, valeur particulière d'entropie

(k= 1,3806503.10-23 J/K)

-la constante de charge de l'électron, valeur particulière de charge électrique

(e= 1,602176462.10-19 C)

-la constante d'Einstein, valeur particulière de vitesse

(c= 2,99792458.108 m/s)

-la constante des gaz parfaits (de Gay-Lussac), valeur particulière de capacité thermique (R= 8,314510 J/K)

-la constante de Planck, valeur particulière d'action (h= 6,62606876.10-34J-s)

-la constante de Rydberg, valeur particulière de longueur inverse

(R=1 à 2.107 m-1, selon les corps)

-la constante de Stefan-Boltzmann, valeur particulière d'une constante de rayonnement (5,67040.10-8 W/m²-K4)

-la constante du magnéton de Bohr (9,2741.10-24 J/T-sr) valeur particulière de magnéton

-la constante de permittivité, valeur particulière de capacitance spatiale

(e = 8,854187817.10-12 F/m-sr)

-la constante d'Avogadro, valeur particulière de quantité de matière

(NA= 4,071.10-6 mol-1)

-la constante de perméabilité du vide, valeur particulière de perméabilité magnétique (m= 1,256.10-5 H-sr/m)

-la constante cosmogonique (de Newton), valeur particulière de la gravitation

(G= 8,385.10-10 m³-sr/kg-s2)

-la constante de structure fine de l'électron  aé = 7,297.10-3

-la constante de température absolue T (-273,15 °C)

 

 

LES MYTHES RELATIFS aux CONSTANTES UNIVERSELLES

Les constantes universelles apparaissent sous forme de valeurs numériques, à tous les niveaux (particules, mésophysique, cosmologie)

Elles interviennent pour exprimer que "dans telles conditions particulières, le monde est mesurable comme cela". Elles sont le reflet de dispositions spécifiques que l'univers présente de façon permanente (tout au moins à l'échelle des temps que estimons savoir mesurer)

 

Certaines personnes sont tentées de croire qu'il existe des relations intimes entre ces diverses valeurs spécifiques, en particulier sous la forme de l'ésotérique "10 puissance 122". Ceci est totalement illusoire, car aucune relation magique n'existe entre des grandeurs qui sont - par définition-  parfaitement différenciées (par exemple, pourquoi le nombre d'Avogadro serait-il en relation avec la perméabilité ?)

 

D'autres prétendent que si les constantes universelles n'avaient pas ces valeurs, nous n'existerions pas ! Or, pourquoi le monde n'aurait-il pas existé si la température minimale eut été -300 ° C, et si la lumière avait voyagé 10 % moins vite ? L'enchaînement des phénomènes eut été certes différent, mais on aurait des équations de même style et la vie serait malgré tout apparue. Nous serions simplement des "intraterrestres"

 

Certains prétendent encore que les constantes universelles traduisent l'émergence des phénomènes (émergence signifiant passage entre le niveau qu'ils disent "inférieur" -c'est à dire le ‘’milieu vide"- et les niveaux supérieurs dits "interactifs", c'est à dire ceux que l'on sait mesurer)

Or nombre de constantes universelles concernent des propriétés basiques (inférieures !!) de l'univers (facteurs de milieu, constante cosmologique, constante de Hubble...) alors que d'autres proviennent au contraire d'expériences actives (vitesse de la lumière, charge de l'électron, nombre d'Avogadro...)

Donc il n'y a pas plus d'incidences émergentes que d'incidences structurelles dans la panoplie

   Copyright Formules-physique ©