LUMIèRE

-lumière

Lumière est le terme de langage courant pour exprimer le "champ électromagnétique" de la zone des rayons visibles de longueurs d'ondes allant >>> du rouge (soit # 770 nm) au violet (soit # 380 nm)

La lumière est un cas particulier de rayonnement et les formules qui la concernent sont similaires à ceux des chapitres concernant les rayonnements de photons voisins (soit à effets thermiques, soit ionisants)

Les grandeurs d’étude pour la lumière sont surtout >>> l'énergie, la puissance et quelques grandeurs dérivées, mais on y utilise un vocabulaire très spécial

(voir aussi le tableau des unités, en annexe)

TERMINOLOGIE GENERALE

-la photométrie est l'étude des rayonnements lumineux dans l'interprétation par l'œil humain

-visuel (visuelle) est un adjectif indiquant qu'il s’agit de la zone des longueurs d’ondes perceptibles par l’œil (380 à 770 nm).

-la lumière noire (ou de Wood) est une émission de lumière dans les longueurs d'onde des zones violet à ultraviolet (soit # 375 à 400 nm.)

Elle est absorbée par les corps fluorescents (corail naturel ou papiers, ou tissus...)

-monochromatique  signifie qu'on se réfère exclusivement à 1 seule longueur d'onde

-masse de lumière désigne, pour une zone du cosmos, le rapport (variable de 1 à 300) entre : l'énergie noire (incluant la matière noire) et l'énergie de la matière (perceptible grâce à la lumière que celle-ci émet ou renvoie)

 

TRIBULATIONS des RAYONS LUMINEUX

La lumière est issue d'une source de rayonnements : c'est l'émission

puis elle voyage dans un milieu (c'est la transmission)

elle y subit des petites contraintes (de diffusion et de diffraction)

puis elle rencontre des obstacles impliquant de grosses contraintes (d'où réception, réflexion, absorption , encore un peu de diffusion et éventuellement une nouvelle transmission, à travers un nouveau milieu)

puis elle sort (éventuellement) au-delà de l'obstacle traversé, sous forme de réémission avec éventuelle dissipation

 

NOMS des GRANDEURS RENCONTRÉES avec la LUMIÈRE

On n'est pas ici dans un domaine difficile (les notions sont simples à appréhender), mais on est dans un domaine hyper-compliqué par le langage démultiplié -sinon inutile- que l'usage a laissé dans les dénominations de phénomènes lumineux.

Voici ce jargon (avec dimensions et unités):

POUR une LUMIÈRE ÉMISE (OU RÉÉMISE OU DISSIPÉE)

L’énergie  El (L2.M.T-2) émise, exprimée en (lm-s) est dite

EMISSION LUMINEUSE ou ÉNERGIE RAYONNANTE ou QUANTITE de LUMIERE EMISE

L’énergie surfacique  W’n (M.T-2) émise, exprimée en (lm-s/m²) est dite

DENSITE d'ENERGIE LUMINEUSE émise

L’énergie spatiale S’ (L².M.T-2.A-1) émise, exprimée en (lm-s/sr) est dite

RADIANCE

La puissance -ou flux-P (L2.M.T-3) émise, exprimée en (lm ou cd-sr) est dite

RAYONNEMENT LUMINEUX ou flux LUMINEUX ou LUMINOSITE

La puissance linéique  r*(L.M.T-3) exprimée en (lm/m) est dite

flux MONOCHROMATIQUE ou PUISSANCE SPECTRIQUE ou RAYONNEMENT SPECTRIQUE

La puissance (ou flux) spatiale P’ (L2.M.T-3.A-1) en cd (ou lm/sr) est dite

INTENSITE LUMINEUSE émise

La puissance (ou flux) surfacique p*(M.T-3)exprimée en (lm/m²) est dite

IRRADIANCE ou DENSITE de flux lumineux

La puissance(flux) surfacique spatiale D (M.T-3.A-1) en cd/m² (ou nit) est

dite EXITANCE (ou EMITTANCE ) lumineuse ou LUMINANCE, ou ECLAT, ou

DEBIT de FLUENCE lumineuse ou CHROMINANCE

La puissance(flux) volumique spatiale  Z’ (L-1.M.T-3.A-1) en (lm/m3-sr) est dite

LUMINOSITE VOLUMIQUE

Le coefficient yl comparatif  entre P émise et  P totale est dit

COEFFICIENT(ou FACTEUR) d’EMITTANCE ou coefficient de LUMINANCE

Le coefficient yé comparatif entre p* émise et  p* du corps noir de référence est dit

POUVOIR EMISSIF

 

POUR une LUMIÈRE TRANSMISE (OU DIFFUSÉE OU DIFFRACTÉE)

L’énergie El (L2.M.T-2) transmise, exprimée en (lm-s-m²) est dite

TRANSMISSION de LUMIERE et éventuellement DISSIPATION et OPALESCENCE

L’énergie surfacique W’ (M.T-2) transmise, exprimée en (lx-s) est dite

IRRADIATION lumineuse

L’énergie spatiale  A* (L2.M.T-2.A-1) transmise, exprimée en (lm-s/m²/sr) est dite

TRANSMISSION (ou éventuellement DISSIPATION) SPECIFIQUE

La puissance-ou flux P (L2.M.T-3) exprimée en (lx-m²) est dite

flux ou RAYONNEMENT TRANSMIS

La puissance spatiale P' (L2.M.T-3.A-1) transmise, exprimée en (lx-m²/sr) est dite

INTENSITE LUMINEUSE TRANSMISE

La puissance-ou flux-surfacique p*(M.T-3) transmise, exprimée en (lx) est dite

flux SPECTRIQUE TRANSMIS

La puissance(ou flux) surfacique spatiale D (M.T-3.A-1) transmise, exprimée en (lx/sr) est dite  TRANSMITTANCE et DISSIPANCE (s'il y a dissipation)

La puissance(flux) volumique P* (L-1.M.T-3) transmise, exprimée en (lx/m) est dite

flux LUMINEUX TRANSMIS

La puissance (ou flux) volumique spatiale Z’ (L-1.M.T-3.A-1) transmise, exprimée en

(lx/m-sr) est dite INTENSITE VOLUMIQUE TRANSMISE

Le coefficient yt  , rapport entre P transmise et P incidente) est dit

COEFFICIENT de TRANSMITTANCE,ou FACTEUR DE TRANSMISSION LUMINEUSE

Le coefficient (i*q) inverse du précédent est dit

OPACITE (dont le logarithme base 10 est la DENSITE OPTIQUE)

 

POUR une LUMIÈRE RECUE

L’énergie E(L2.M.T-2) reçue, exprimée en (lx-s-m²) est dite

ECLAIRAGE

L’énergie surfacique W' (M.T-2) reçue, exprimée en (lx-s) est dite

QUANTITE( ou Durée) d’ECLAIREMENT ou ILLUMINATION

La puissance -ou flux- P (L2.M.T-3) exprimée en (lx-m²) est dite

flux LUMINEUX REÇU

La puissance linéique r* (L.M.T-3) reçue, exprimée en (lx-m) est dite

flux MONOCHROMATIQUE (ou SPECTRIQUE) REÇU

La puissance(ou flux) spatiale P’ (L2.M.T-3.A-1) reçue, en (lx-m²/sr) est dite

INTENSITE LUMINEUSE REÇUE

La puissance-ou flux- surfacique  p*é (M.T-3) reçue, exprimée en (lx) est dite

ECLAIREMENT

La puissance(flux) surfacique spatiale D (M.T-3.A-1) reçue, donnée en (lx/sr) est dite

ILLUMINANCE

Le coefficient i*c rapport de P (instrument + œil) à P (œil seul) est dit

CLARTE

 

POUR une LUMIÈRE REFLECHIE

L’énergie  El (L2.M.T-2) exprimée en (lm-s-m²) est dite

REFLEXION de LUMIERE

L’énergie surfacique W’ (M.T-2) exprimée en (lx-s) est dite

QUANTITE de LUMIERE RÉFLÉCHIE par surface

L’énergie spatiale  A* (L2.M.T-2.A-1) exprimée en (lm-s/m²/sr) est dite

REFLEXION SPECIFIQUE

La puissance-ou flux- P (L2.M.T-3) exprimée en (lx-m²) est dite

flux (ou PUISSANCE) LUMINEUX RÉFLÉCHI

La puissance spatiale P' (L2.M.T-3.A-1) exprimée en (lx-m²/sr) est dite

INTENSITE LUMINEUSE RÉFLÉCHIE

La puissance-ou flux-surfacique p* (M.T-3exprimée en (lx) est dite

REFLECTANCE SPECIFIQUE

La puissance(flux) surfacique spatiale D (M.T-3.A-1) en (lx/sr) est dite

REFLECTANCE

Le coefficient yvrapport de P réfléchie à P incidente est dit

COEFFICIENT de REFLEXION (et ALBEDO yj  pour un astre)

 

POUR une LUMIÈRE ABSORBEE

L’énergie E(L2.M.T-2) exprimée en (lm-s-m²) est dite

ABSORPTION de LUMIERE et éventuellement DIFFRACTION

L’énergie surfacique W’ (M.T -2exprimée en (lx-s) est dite

EXPOSITION LUMINEUSE et anciennement LUMINATION

La puissance(ou flux)  P (L2.M.T-3) exprimée en (lx-m²) est dite

flux LUMINEUX ABSORBÉ

La puissance(ou flux) spatiale P’ (L2.M.T-3.A-1) en (lx-m²/sr) est dite

INTENSITE LUMINEUSE ABSORBÉE

La puissance(ou flux) surfacique p* (M.T-3) exprimée en (lx) est dite

flux SURFACIQUE ABSORBÊ

La puissance(flux) surfacique spatiale D (M.T-3.A-1) en (lx/sr) est dite

ABSORBANCE

LLe coefficient bt  rapport entre P absorbée et P incidente est dit

COEFFICIENT d’ ABSORBANCE

Le coefficient yk  rapport entre P absorbée / P du corps noir équivalent est dit

POUVOIR ABSORBANT

   Copyright Formules-physique ©