CRéATION de MATIèRE

-création de matière

Dans certaines zones de l’espace, l'énergie du vide fluctue en chaque point, autour d'une valeur moyenne dite "élémentaire de point zéro" (valant 2,6.10-10 Joule) Quand les fluctuations sont faibles, il y a création de particules fugaces (dites aussi virtuelles), qui apparaissent sous forme de (particule-antiparticule) mais qui ne se stabilisent pas (elles s’annihilent dès qu’elles sont nées)

Si l’énergie de cette zone (constituant un système) fluctue de ΔE, pendant un temps Δt, il y a incertitude selon l’équation du quantum >>>

h # ΔE.Δt

On peut donc calculer le temps d'apparition-disparition de ces particules fugaces >>

c'est  t = h / 2m0.c²

h(J-s)= action (= constante de Planck = 6,62606876.10-34 J-s), m0 (kg)= masse de la particule (2,86.10-27 kg),

c(m/s)= constante d'Einstein(2,99792458 .108 m/s)

Ce temps est donc t # 10-24 s.

 

Mais si la fluctuation de l’énergie du vide est un peu plus importante (par rapport à celle du point zéro), il y a création de matière stable, grâce à une charge mésonique unitaire présente dans cette zone.

La masse créée répond à la relation  m = Y* / G  où m(kg)= masse, G est la constante de gravitation [8,385.10-10 m3-sr/kg-s²] et Y* est la charge mésonique = 2,4.10-36 m3-sr/s²)

Cette masse créée est donc égale à

(2,4.10-36 / 8,385.10-10 = 2,86.10-27 kg ) ce qui est la masse moyenne  d'une particule élémentaire baryonique.

L'énergie élémentaire de point zéro, base à partir de laquelle il y a création d'une masse, permet donc à cette masse de devenir pérenne, dès lors que la valeur des fluctuations est grande. Les fluctuations locales en question proviennent de la disruption de la constante cosmologique dans cette région du vide (c'est par exemple une zone dite trou blanc)

La constante cosmologique est en disruption en même temps que la constante de gravitation

car KL = G.r' / c²

-----------------------------------------------------------------------

La masse n'est pas une grandeur initiale (elle n'est pas présente à la création du monde) >>> c'est une grandeur induite, c'est à dire engendrée par une autre grandeur, elle-même inductrice, et présente dès la création du monde, entité basique, dite charge mésonique

Les masses continuent d'être créées de nos jours et continueront de l'être, dans l'avenir

On a >>>

m = Y*.dρ' / c2.dKL      

m = KL.V.E0 / Y*

m = Y* / G 

avec m(kg)= masse créée

d = symbole différentiel

KL(sr/m²) = constante cosmologique (= 1,1.10-51 unité S.I.+)

E0(J)= énergie du vide

V(m3) le volume concerné par la création

Y*(m3-sr/s²)= charge mésonique  présente et disponible dans le vide

(une charge mésonique unitaire vaut # 2,4.10-36 m3-sr/s²)

c(m/s) est la constante d'Einstein ( = 2,99792458 .108 m/s)

ρ'(kg/m³) est la masse volumique  de cette partie despace (moyenne = 5,2.10-27 J/m3)

G = constante de gravitation [8,385.10-10 m3-sr/kg-s²] 

 

Nota 1: les particules primaires (sinon élémentaires) peuvent cependant provenir d'un choc entre 2 particules ultra-élémentaires :

Par exemple le choc de 2 photons de fréquence supérieure à 102Hz crée une énergie E = 2h.ν  soit # 10-13Joule  (h valant 6,6.10-34 J-s) , ce qui correspond à une particule de 10-30 kg (la pointure d'un électron)

 

Nota 2: parallèlement, si le champ d’induction électrique E de cette région du vide devient disruptif (c’est à dire atteint une limite maximale de 1,5.1018 V/m) il y a création d'une charge électrique Q, qui se fixe durablement sur une masse naissante (m) et on a soudain une particule chargée (et non plus neutre comme celle évoquée auparavant)

La charge Q est (comme la masse m) une entité induite (la charge ''mère'' inductrice en électricité étant l'entité d'induction électrique (P) dont la dimension est L3.M.T-3.I-1.A)

On a  Q =Y*.m / P   et  Q =c².KL.V / ζ'.γ'  ainsi que   Q = E/ φ'

φ'(sr -1m-2)= fluence /// m(kg)= masse  ///  c(m/s)= constante d'Einstein (2,99792458.108 m/s) ///   G(m3-sr/kg-s²)= facteur de milieu dit "constante de gravitation" (valant 8,385.10-10 m3-sr/kg-s² ) /// P(V-m-sr)= entité d'induction électrique (qui est aussi = E / KL, c'est à dire le champ d'induction électrique (de disruption) divisé par la constante cosmologique) /// Q(C) = charge électrique créée /// Y*(m3-sr/s²)= charge mésonique (inductrice dispo) /// γ' = rapport gyromagnétique /// V(m3)= volume concerné /// KL= constante cosmologique /// ζ' = inductivité du vide (1,129409.1011m-sr/F)

 

Nota 3 : les bosons de jauge, particules porteuses du champ E, sont nommés photons

   Copyright Formules-physique ©