CONTRASTE

-contraste

Le contraste est le confort apporté à l'œil pour apprécier une différence de netteté entre 2 zones proches dans une même image.

Mais la définition du contraste n'est pas normalisée

Logiquement, le contraste n'existe que pour les appareils récepteurs (écrans, pellicules, télescope...) et il est le rapport entre 2 notions énergétiques reçues

C'est surtout un rapport d'éclairements, c'est à dire de puissances lumineuses surfaciques reçues- et exprimées en lux

Mais comme l'effet de contraste est accentué par la qualité de l'appareil émetteur (projecteur...) les caractéristiques de cet appatreil, fournies par le constructeur, feront mention du contraste comme si c'était une qualité de l'émetteur >> le contraste de l'image reçue n'étant plus que le résultat d'une fausse cause

Et soudain on trouve le contraste exprimé avec

>>> un rapport de puissances émises (c'est à dire des flux ou des luminosités, exprimés en lumen)

>>> ou bien rapport de puissances spatiales émises (qui sont des intensités , exprimées en candela)

>>> ou même en puissances surfaciques spatiales émises (dite luminances, exprimées en nit)

D'où un beau brouillage de la notion de contraste

 

La définition la plus usuelle est : [DMaxiDmini] / Dmini où D Maxi et mini sont des luminances issues de 2 zones proches (mini étant la plus faible)

La définition de Michelson est (P'Maxi - P'mini) / (P'Maxi + P'mini) où les P' (Maxi et mini) exprimées en Candela, sont les intensités (Maxi et mini)

La définition de Weber est (écart des luminances Maxi-mini) / luminance moyenne

La définition pratique (celle des conseillers commerciaux) propose d'améliorer le contraste en réglant "la lumière", ce qui doit vouloir dire le "flux" (qui est la luminosité)

Tout le monde admet qu'une obstruction envers les rayons (un obstacle) diminue le contraste (puisqu'on reçoit moins d'éclairement), ce qui confirme bien que le contraste n'est pas une notion d'émission mais de réception de lumière

   Copyright Formules-physique ©